Définitions

Généralités

De même que l’accessibilité des bâtiments fait référence à la possibilité qu’ont des personnes à mobilité réduite de s’y déplacer, l’accessibilité numérique correspond au fait que des personnes handicapées peuvent consulter des contenus, utiliser des services numériques de manière autonome, éventuellement grâce à des dispositifs techniques spécifiques (terminaux braille, synthèse vocale, système de commande remplaçant le clavier ou la souris, etc.). En complément, l’accessibilité numérique correspond au fait d’utiliser le numérique pour créer des services facilitant la vie quotidienne des personnes handicapées.

Cette définition identifie un champ de prescriptions techniques et méthodologiques à prendre en compte dès la conception des contenus numériques, des applications logicielles, du matériel et des services, afin de lever le plus possible les obstacles qui pourraient empêcher les personnes handicapées de les utiliser. L’accessibilité numérique doit être traitée le plus en amont possible.

Le respect des normes et des bonnes pratiques en matière d’accessibilité conditionne l’accès de millions de personnes aux services numériques dans le monde. En France selon les statistiques du Ministère de la Santé (2010), 5 millions de personnes handicapées sont concernées par l’accessibilité numérique du fait d’un handicap sensoriel, moteur ou cognitif.

Tim Berners-Lee, inventeur du World Wide Web et président du W3C, le Consortium international et indépendant chargé de fixer les protocoles et normes pour le Web, définit le caractère universel du Web de la manière suivante :

« Mettre le web et ses services à la disposition de tous les individus, quels que soient leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales. […] l’accès à l’information et à la communication est un droit universel. Le web est devenu un média majeur, et il se doit d’être accessible à tous sans discrimination. »

L’initiative pour l’accessibilité du Web (Web Accessibility Initiative – WAI), lancée en 1996 par le W3C, définit l’accessibilité numérique comme suit :

« L’accessibilité du Web signifie que les personnes en situation de handicap peuvent utiliser le Web. Plus précisément, qu’elles peuvent percevoir, comprendre, naviguer et interagir avec le Web, et qu’elles peuvent contribuer sur le Web. L’accessibilité du Web bénéficie aussi à d’autres, notamment les personnes âgées dont les capacités changent avec l’âge. »

Un support numérique accessible permet donc l’accès à son contenu, sa structure et à ses fonctionnalités de manière équivalente, indépendamment des caractéristiques de l’utilisateur et des conditions de consultation. Il repose sur une organisation logique et fonctionnelle de l’information au profit de tout utilisateur.

Les barrières à l’accès en ligne

Les utilisateurs peuvent être amenés à opérer dans des contextes très différents. L’accès peut être compromis, par exemple, pour :

  • les personnes qui ne sont pas en mesure de voir, d’entendre ou de se mouvoir ;
  • les personnes qui ne sont pas en mesure de lire ou de comprendre du contenu textuel ;
  • les personnes qui ne peuvent pas utiliser un clavier ou une souris.

En réalité, les utilisateurs peuvent rencontrer plusieurs de ces barrières à la fois, à un niveau plus ou moins aggravé selon la situation. Pour les personnes âgées, il peut y avoir une baisse progressive de l’ensemble des fonctions physiques, sensorielles et cognitives.

Dispositifs techniques pour accéder aux contenus en ligne : les technologies d’assistance

Les technologies d’assistance facilitent l’utilisation de l’ordinateur et l’accès aux contenus – bureautiques, applicatifs ou web – ainsi que leur création. Elles comprennent des aides logicielles et des aides matérielles. En voici quelques exemples :

Déficience visuelle

  • agrandisseur de texte proposé par le navigateur
  • logiciels d’agrandissement
  • lecteurs d’écran, pilotant une synthèse vocale ou un afficheur braille

Difficultés motrices

  • souris adaptée
  • accès clavier
  • logiciels de reconnaissance vocale
  • commutateurs d’accès

Difficultés cognitives

  • navigation assistée par icônes
  • logiciels de reconnaissance vocale

Handicap auditif

  • transcription textuelle des contenus audiovisuels
  • traduction des contenus en langue de signes