Référentiel AccessiWeb 2.0

AccessiWeb, méthode de vérification de conformité

Pourquoi AccessiWeb ?

WCAG (Web Content Accessibility Guidelines) est la norme internationale du W3C pour l'accessibilité des contenus du Web. Cette norme est reconnue officiellement par la Commission Européenne qui en recommande l’adoption dans tous les pays membres de la communauté. L’administration française s’y réfère depuis 1999.

Cependant, comme toute norme technique, les WCAG nécessitent des méthodes d’application adaptées aux activités qu’elles sont supposées encadrer : développement d’applications Web, développement de contenus, conception de l’interface, conception graphique, certification de conformité...
Dès 2003, l’association BrailleNet a créé et rendu publique la méthode AccessiWeb pour permettre une approche unifiée à la vérification de conformité aux WCAG des services Web. Cette méthode vise une approche opérationnelle sur la base de critères et d’objectifs thématiques formulés dans le référentiel AccessiWeb (Images, Cadres, Couleurs, Multimédia, Tableaux, Liens, Scripts, Eléments obligatoires, Structuration de l’information, Présentation de l’information, Formulaires, Navigation et Consultation).
En 2004, le référentiel AccessiWeb a été adopté par l’administration française dans sa version 1.0 comme document de référence pour la mise en conformité des sites de communication en ligne avec les recommandations internationales. Cette méthode a donc été largement diffusée et utilisée, en France comme dans le monde francophone.

Les évolutions d’AccessiWeb

Comme toute méthode, AccessiWeb et son référentiel doivent être mis à jour pour répondre aux retours d’expérience, ainsi qu’à l’évolution générale des technologies et des normes.

Dès 2004, BrailleNet a constitué un groupe de travail technique, le Groupe de Travail AccessiWeb, pour assurer notamment la surveillance et l’évolution du référentiel AccessiWeb, sur la base de son utilisation concrète par des professionnels. Le GTA, qui compte aujourd’hui près de 300 membres, a fait évoluer le référentiel AccessiWeb de la version 1.0 à la version 1.1, publiée en juin 2008.
En décembre 2008, à la publication par le W3C de la version 2.0 des WCAG, en remplacement de la version 1.0, BrailleNet a tout d’abord mis en place un comité francophone pour la traduction des WCAG 2.0 auquel le GTA a largement contribué (la traduction en français du document WCAG 2.0 a été la première traduction officiellement validée par W3C, en juin 2009).
Puis, durant l’été 2009, en s’appuyant sur ce comité francophone, BrailleNet a constitué un groupe expert pour l’évolution du référentiel AccessiWeb de la version 1.1 à la version 2.0, soumise aujourd’hui à commentaire public.

Les quatre objectifs d’AccessiWeb 2.0

En réalisant ce nouveau référentiel BrailleNet et son groupe Expert Référent visaient quatre objectifs :

  • Objectif 1 : permettre une compréhension opérationnelle des WCAG 2.0
    • Le référentiel AccessiWeb2.0 conserve les 13 thématiques générales d’AccessiWeb 1.1 qui permettent d’organiser la vérification de conformité selon des objectifs clairement compréhensibles et de fournir un cadre méthodologique opérationnel pour l’application des WCAG 2.0.
    • Pour chacune de ces thématiques, le référentiel AccessiWeb 2.0 propose :
      • une liste de critères formulés sans référence aux technologies du Web de façon à être compris par des lecteurs ayant des profils professionnels variés. Ces critères sont cependant précis et détaillés.
      • une liste de tests associés, se référant très précisément aux technologies du Web, telles que balises/attributs HTML, propriétés CSS, fonctions JavaScript...
  • Objectif 2 : permettre de vérifier la conformité aux WCAG 2.0
    • Le référentiel AccessiWeb 2.0 établit une correspondance stricte entre les critères AccessiWeb et les règles et critères de succès des WCAG 2.0.
    • Le référentiel AccessiWeb 2.0 reprend exactement les trois niveaux de conformité WCAG 2.0 : A ou AccessiWeb Bronze (le plus bas), AA ou AccessiWeb Argent et AAA ou AccessiWeb Or (le plus élevé).
    • Le référentiel AccessiWeb 2.0 conduit à examiner à une série de questions univoques dont la réponse permet de conclure à la conformité ou non aux WCAG 2.0
  • Objectif 3 : être cohérent avec RGAA 2.2
    La loi n°2005-102 du 11 février 2005, son décret n°2009-546 d'application et l’arrêté au journal officiel publié le 29 octobre 2009, obligent les administrations françaises à se référer au Référentiel Général d’Accessibilité des Administrations ( RGAA, version V2.2 en date du 23/10/09) pour attester de la conformité de leurs services en ligne aux WCAG 2.0, selon les niveaux A et AA.
    • Le référentiel AccessiWeb 2.0 vise la cohérence maximale avec le RGAA 2.2.
    • Comme le RGAA 2.2, le référentiel AccessiWeb2.0 repose sur la traduction française des WCAG 2.0 réalisée par le comité francophone de traduction et agréée par le W3C le 25 juin 2009.
    • Les thématiques AccessiWeb 2.0 sont similaires à celles de RGAA 2.2 qui s’en est inspiré.
    • Le référentiel AccessiWeb 2.0 propose une table de correspondance avec le RGAA 2.2.
    • Le référentiel AccessiWeb 2.0 conduit à examiner à une série de questions univoques dont la réponse permet de conclure à la conformité ou non au RGAA 2.2
  • Objectif 4 : fournir une méthode pour la certification de conformité
    • Le référentiel AccessiWeb 2.0 est formulé de façon à pouvoir être utilisé dans une procédure de certification de conformité d’un service Web aux WCAG 2.0
    • Le référentiel AccessiWeb 2.0 est formulé de façon à pouvoir être utilisé dans une procédure de certification de conformité d’un service Web au RGAA 2.2

Mode d'emploi

Le référentiel AccessiWeb 2.0 est composé de 13 thématiques composées chacune d'une série de critères. Chaque critère est constitué d'un numéro (par exemple "1.1"), d'un niveau AccessiWeb (Bronze, Argent ou Or) et d'un intitulé (par exemple : "Chaque image a-t-elle une alternative textuelle ?"). Chaque critère AccessiWeb est associé à un ou plusieurs tests composé d'un numéro (par exemple "Test 1.1.1") et d'un intitulé (par exemple "Chaque image (balise img) a-t-elle un attribut alt ?".

Chaque critère AccessiWeb affiche une correspondance vers un ou plusieurs critères de succès des WCAG 2.0, vers une ou plusieurs techniques suffisantes des WCAG 2.0 et vers un ou plusieurs tests du RGAA. La validation d'un criètre AccessiWeb 2.0 permet de valider le ou les critères RGAA associés.

Appel à commentaires public

Le Référentiel AccessiWeb 2.0 a été soumis à appel à commentaires public pour une période de 15 jours, entre le 9 et le 26 novembre 2009 à midi.

Conditions d'utilisation

La totalité des contenus publiés dans ces pages sont la propriété de l'association BrailleNet.

Contact

Pour toute question sur l'utilisation de ces documents ou sur le Référentiel AccessiWeb 2.0, merci d'envoyer un courriel à info@accessiweb.org.

Remerciements

L'association BrailleNet remercie chaleureusement Jean-Pierre Villain de la société Qélios pour son total investissement et la qualité de son travail dans le cadre du Référentiel AccessiWeb 2.0.

Elle remercie également Laurent Denis et Aurélien Lévy de la société Temesis pour leur expertise lors des phases d’analyse et de validation.

Enfin, comme lors de la précédente version du référentiel AccessiWeb, ce travail de mise à jour a été réalisé en concertation avec plusieurs Experts AccessiWeb en Evaluation ainsi que de professionnels de l’accessibilité numérique issus du monde francophone. Nous les remercions eux aussi pour leur réactivité et la qualité de leurs remarques :

  • Armony Altinier (ACS Horizons),
  • Denis Boudreau (AccessibiliteWeb),
  • Dominique Burger (INSERM - UPMC),
  • Elie Sloïm (Temesis),
  • Estelle Renaud (Jouve),
  • Fernando Pinto da Silva (AVH),
  • Franck Taillandier (Rectorat de l’académie de Toulouse),
  • Frédéric Halna,
  • Gilles Chagnon (UPMC),
  • Jean-Marie d'Amour (Institut Nazareth et Louis-Braille),
  • Lionel Lemoine (Adobe),
  • Magali Oualid (Ministères de l’éducation Nationale - Enseignement Supérieur et de la Recherche),
  • Marc-Etienne Vargenau (Alcatel-Lucent France),
  • Matthieu Faure (Open-S),
  • Olivier Nourry (Micropole-Univers),
  • Patrice Bourlon (Collectiweb),
  • Philippe Béraud (Microsoft),
  • Philippe Veyssière (Alsacréations),
  • Pierre Bertet (Pixmania),
  • Pierre Reynaud (CG de la Réunion),
  • Samuel Latchman (Ogilvy One Paris),
  • Sébastien Delorme (Atalan),
  • Tanguy Lohéac (Sanofi-aventis),
  • Victor Brito,
  • Vincent Aniort (APF).

Présentation de l'information

Consultation