Logo du W3CWeb Accessibility initiative

WAI: Strategies, guidelines, resources to make the Web accessible to people with disabilities

Comment rendre des présentations accessibles à tous

Important : ce document est une traduction de How to Make Presentations Accessible to All à http://www.w3.org/WAI/training/accessible.php. La traduction française ci-dessous est proposée par l’association BrailleNet qui assume la responsabilité d’erreurs d'interprétation éventuelles.

Sommaire de la page

Introduction

Vous rappelez-vous une époque où les gens autour de vous éclataient de rire, mais que vous ne compreniez pas la plaisanterie ?
Veiller à ne pas exclure d'informations pour certains participants de l'assistance. S'il l'on dit par exemple, "vous pouvez le lire sur le transparent", on exclura probablement les personnes qui ne peuvent pas voir le transparent.

Cette page vous aidera à rendre vos présentations, vos discours, vos réunions et vos formations accessibles à tous vos auditeurs potentiels, y compris les personnes en situation de handicap et d'autres. Les présentations accessibles offrent des avantages multiples.

Notions de base (pour les organisateurs et les orateurs)

Être ouvert à la diversité du public et à toute question d'accessibilité. Dans le fond, être conscient que certaines personnes dans le public ne sont pas en mesure de :

  • voir bien ou pas du tout,
  • entendre bien ou pas du tout,
  • se déplacer bien ou pas du tout,
  • parler bien ou pas du tout ou
  • comprendre l'information présentée de certaines façons bien ou pas du tout.

Pour cette raison, les organisateurs et les orateurs devraient faire en sorte que les équipements soient accessibles, parler distinctement dans le micro, décrire les visuels pertinents, et prendre en compte d'autres considérations énumérées sur cette page.

Respecter les besoins des participants et être ouvert à toute autre question d'accessibilité. Bien que la plupart des questions soient traitées ici, certaines personnes peuvent avoir des besoins spécifiques d'accessibilité qui ne sont pas évoqués ici et auxquels on n'aurait pas pensé. Par exemple : il se peut que quelqu'un ait besoin de faire des pauses à des horaires spécifiques pour faire une injection d'insuline. Il se peut que quelqu'un ayant le syndrome de Tourette se mette à crier d'un coup pendant une conférence. Il se peut qu'une personne ayant une limitation physique et qui ne peut pas prendre de notes ait besoin d'enregistrer la session.

Souvent, les orateurs ne sauront pas si les participants sont en situation de handicap, par exemple, une présentation à une grande conférence dont les organisateurs n'ont pas posé la question aux inscrits. Dans certains cas, on peut connaître à l'avance les besoins en accessibilité des participants, comme dans le cas d'une formation interne. Même dans ce cas, quelque chose peut changer, par exemple, il se peut qu'un nouveau participant s'inscrive à la formation à la dernière minute ou quelqu'un peut avoir des besoins en accessibilité avant la formation.

Afin d'être préparé à toute situation, il faut rendre la manifestation et les présentations complètement accessibles.

Avantages (organisateurs et orateurs)

Les présentations accessibles aux personnes en situation de handicap sont un moyen d'intégrer également beaucoup d'autres publics, y compris les personnes qui ne parlent pas la langue couramment et les personnes ayant des possibilités d'apprentissages différentes.

Les présentations accessibles offrent aussi des avantages supplémentaires, tels que ceux décrits dans les situations ci-dessous :

  • Imaginons une présentation en temps réel avec des visuels qui est enregistrée et mise à disposition en ligne comme podcast audio. Si l'on a décrit les éléments visuels pendant la présentation (pour les personnes aveugles ou celles qui ne voient pas bien ces visuels), alors les gens qui écouteront le podcast auront aussi accès à l'information visuelle.
  • CART propose le texte en direct de l'orateur et de toute autre information sonore. CART est utilisé par les personnes sourdes ou malentendantes, les personnes qui comprennent mieux le texte que la langue parlée — y compris les personnes dont la langue maternelle est différente, et bien d'autres personnes. Le texte produit par CART peut aussi être utilisé pour développer une transcription textuelle.
  • Une transcription textuelle peut être mise en ligne afin d'augmenter l'optimisation par les moteurs de recherche (SEO) et de réaliser les autres avantages de la transcription textuelle liens externes au site de la WAI.

Pour plus d'informations sur les avantages supplémentaires de rendre les documents en ligne accessibles, consulter la ressource en anglais Developing a Web Accessibility Business Case for Your Organization (expliquant comment développer un plan pour l'accessibilité du site Web de son organisation).

Préparer l'événement (organisateurs)

Demander aux orateurs et aux participants s'ils ont des besoins en accessibilité.

Ajouter par exemple une question dans le formulaire d'inscription à des conférences, envoyer un courriel aux participants à une formation interne à l'entreprise, etc. Inviter les participants à ajouter des besoins spécifiques ; par exemple, une personne malentendante peut demander à ce qu'un petit groupe de discussion soit assis en cercle afin qu'elle puisse mieux entendre les gens parler, ou une personne ayant peu de vision peut demander à être placée au premier rang afin qu'elle puisse mieux voir l'écran.

S'assurer que les équipements et le lieu sont accessibles pour les orateurs et les participants.

S'assurer par exemple que l'entrée du bâtiment, la salle de réunion, les toilettes, etc. sont accessibles, ainsi que la scène où aura lieu la présentation. (Il existe des listes de vérification en ligne pour aider à rendre les équipements accessibles, telles que les ressources en anglais Accessible venues - checklist liens externes au site de la WAI et Accessibility Checklist for Existing Facilities liens externes au site de la WAI.) Fournir des informations accessibles, telles que les chemins accessibles entre les salles de réunion. Permettre aux orateurs et aux participants de visiter les salles à l'avance pour qu'ils puissent proposer le positionnement optimum de l'orateur, de l'écran, des places, etc.

S'assurer que les équipements audio sont adéquats et fournir des micros.

Le mieux est souvent d'utiliser un micro-cravate sans fil pour permettre à l'orateur de se déplacer. Lorsque le public fera des commentaires ou posera des questions, leur fournir des microphones.

Prévoir une bonne visibilité des orateurs et des interprètes.

Assurer un bon éclairage de leur visage et du haut de leur corps. Éviter un éclairage d'arrière-plan distrayant, tel qu'un fort rayon de soleil ou des lumières de flash.

Prévoir des systèmes d'amplification/boucles magnétiques, des interprètes, et/ou des personnes pour la transcription écrite simultanée CART si nécessaire.

(les systèmes d'amplification (Assistive Listening Devices en anglais ALDs), boucles magnétiques, ou boucles à induction magnétique  et le sous-titrage en temps réel assisté par ordinateur ou traduction en temps réel de l'accès à la communication (en anglais CART) sont expliqués dans le paragraphe terminologie.) Travailler avec les participants et les prestataires pour s'assurer que les détails importants ont été pris en considération ; par exemple, une prise de courant et un écran sont fournis pour la transcription écrite simultanée  les micros et la sortie audio des ordinateurs des orateurs sont connectés au système d'amplification/boucle magnétique.

Prévoir une bonne connexion à Internet si nécessaire.

Il se peut qu'Internet soit parfois utilisé pour proposer des formats équivalents de documents pendant la présentation ; par exemple, permettre aux personnes d'utiliser des lecteurs d'écrans ou d'autres technologies d'assistance afin qu'elles puissent suivre une version en ligne des informations affichées à l'écran. Pour la transcription écrite simultanée en temps réel CART à distance, une connexion fiable ayant une bande passante suffisante pour le transfert d'audio sera nécessaire.

Penser à l'accessibilité lors de la préparation du programme.

Certaines personnes ont besoin de plus de temps pour aller d'une salle à une autre ; par exemple, parce que le trajet accessible est plus long ou parce qu'elles se déplacent lentement. Prévoir un temps de pause suffisant. Il se peut que des personnes aient besoin de soins médicaux pendant les pauses. Respecter les horaires autant que possible, et informer les participants à l'avance de tout changement.

Donner aux orateurs des recommandations et une aide pour l'accessibilité.

Dire aux orateurs que leurs documents et leurs présentations doivent être accessibles pour les personnes en situation de handicap. Penser à intégrer toute recommandation d'accessibilité dans les contrats. Penser à donner aux orateurs l'adresse de cette page (en anglais www.w3.org/WAI/training/accessible, en français: www.braillenet.org/accessibilite/wcag20/accessible_fr.html) pour leur orientation, en inscrivant le lien dans toutes directives aux orateurs, courriels, pages web, etc.

Fournir des documents et des média accessibles (organisateurs & orateurs)

Fournir des polycopiés, des transparents et tout autre document dans un format accessible.

Les formats électroniques tels que le HTML (c'est-à-dire le format des pages web) et le RTF sont souvent les formats les plus flexibles pour répondre aux besoins des différentes personnes. Il se peut que les participants aient besoin de documents dans des formats alternatifs tels que les gros caractères ou le braille ; cependant, s'ils ont les documents à l'avance dans un format électronique, ils peuvent ne pas en avoir du tout besoin au format papier.

S'assurer que les transparents, les polycopiés et autres documents électroniques sont accessibles pour les participants.

Par exemple, fournir des équivalents textuels pour les images et baliser les titres. Les documents en HTML, tels que le site d'une conférence, doivent respecter les WCAG 2.0, niveau AA au minimum. (Le paragraphe Préparer les transparents et les documents projetés ci-dessous donne des informations détaillées aux orateurs. Le paragraphe Pour plus d'informations) ci-dessous liste d'autres ressources.

Rendre les media complètement accessibles — y compris les informations audio et vidéo utilisées pendant les sessions, et les enregistrements de sessions proposés après l'événement.

Par exemple, fournir des sous-titres et/ou des transcriptions textuelles si approprié pour l'audio, et fournir de l'audio description pour les vidéos si nécessaire. Des recommandations en anglais pour les médias sur le Web sont consultables dans les WCAG 2.0 ; cela inclut un guide spécifique tel que providing an alternative for audio-only content (Fournir une version de remplacement pour un contenu seulement audio) (comme un podcasts).

Préparer sa session (orateurs)

Fournir des documents à l'avance, si cela est demandé.

Fournir des transparents, des polycopiés, et autres documents aux participants, aux interprètes, aux traducteurs, et aux personnes en charge de la transcription écrite simultanée en temps réel CART, si nécessaire. Rendre ces documents accessibles. (Lire plus d'informations sur la mise à disposition de documents accessibles ci-dessus.)

Travailler avec les interprètes, les traducteurs et les personnes en charge de la transcription écrite simultanée en temps réel CART.

Leur donner les documents à l'avance ; expliquer les acronymes, les termes, les noms, etc. qui seront utilisés ; et être disponible pour répondre aux questions.

Sous-titrer les informations sonores, ou sinon les rendre disponibles.

Idéalement, toute information sonore utilisée doit aussi être disponible au format texte, par exemple, les vidéos sont sous-titrées. Cependant, si CART la transcription écrite simultanée en temps réel est proposée pour la présentation, celle-ci peut fournir le texte des informations sonores.

Penser à des activités.

Se rappeler les questions d'accessibilité pour chaque activité demandée aux participants, telles que répondre à des questions, prendre des notes sur des post-it, des projets de petits groupes, etc.

Utiliser plusieurs méthodes de communication pour différents modes d'apprentissage.

Certaines personnes comprennent mieux les informations verbales d'autres les images et les diagrammes, et d'autres le texte.

Préparer les transparents et les informations projetées (orateurs)

Rendre le texte et les visuels importants assez gros afin qu'ils puissent être lus même depuis le fond de la salle.

Cela inclut les graphiques sur les transparents, les vidéos, les posters, et tout autre document non électronique.

Utiliser une police facile à lire.

Des polices simples avec une épaisseur de trait cohérente seront souvent plus faciles à lire à une certaine distance (contrairement à des polices où certaines parties des lettres sont fines, comme la police Times New Roman). Éviter les polices fantaisie difficiles à lire.

Utiliser des contrastes de couleurs suffisants.

Les Recommandations sur les contrastes de couleurs et les outils d'évaluation pour les pages Web peuvent être utiles pour déterminer si les contrastes de couleurs sont suffisants (bien que le moyen soit différent puisque ces recommandations sont spécifiques aux pages web).
Utiliser des couleurs d'arrière-plan et de texte appropriées. On suggère que lorsqu'une présentation est faite dans une pièce claire, d'afficher du texte noir sur un fond clair. Lorsqu'une présentation est donnée dans une pièce sombre, d'afficher du texte clair sur un fond noir, et de s'assurer que le poids du texte est suffisant (par exemple, en gras).

Rendre accessibles les documents fournis.

Si l'on donne des documents aux participants, les rendre accessibles. Consulter fournir des documents accessibles ci-dessus. Un exemple de contenu de présentation fourni dans les deux formats de présentation et format web (HTML et CSS) est en lien à partir du haut de la page après "The Benefits of WCAG 2 presentation is available in 2 formats:" (la présentation les avantages des WCAG 2 est disponible dans deux formats).

Pendant la présentation (orateurs)

Parler distinctement.

Et éviter de parler trop vite, afin d'être mieux compris par les participants et les interprètes en langue des signes et pour qu'ils puissent mieux suivre.

Utiliser une langue simple.

Éviter ou expliquer le jargon, les acronymes, et les expressions idiomatiques. Par exemple, les expressions telles que "raising the bar" (mettre la barre haute) peuvent être interprétées de façon littérale par certaines personnes ayant des limitations cognitives et peuvent être perturbantes.

Donner aux gens du temps pour comprendre l'information.

Faire une pause entre les thèmes. Lorsque vous demanderez si quelqu'un a des questions, certaines personnes avec des limitations cognitives auront besoin de plus de temps pour formuler leurs idées avec des mots.

Être visible.

Faire en sorte d'être bien éclairé(e) afin que les participants puissent voir votre visage lorsque vous parlez, ce qui aidera certaines personnes à mieux entendre et comprendre. En particulier lorsqu'il n'y a pas de micro, veiller à ne pas se détourner de l'assistance pour lire les informations projetées.

Utiliser un microphone.

Même si elles sont dans une petite pièce, certaines personnes peuvent avoir besoin du son de façon électronique, y compris les personnes qui utilisent un système d'amplification/boucle magnétique CART la transcription écrite simultanée en temps réel à distance. Remarquons que si vous demandez "Est-ce que tout le monde m'entend bien ?" certaines personnes peuvent se sentir gênées de dire qu'elles n'entendent pas.

S'assurer que tous les sons appropriés sont audibles par l'intermédiaire de la sono.

Par exemple, si le public n'a pas de micro, répéter leurs questions et leurs commentaires au micro avant d'y répondre.

Traiter tout le texte affiché.

Dire toutes les informations affichées sur chaque transparent. (Cela ne signifie pas qu'il faut lire le transparent exactement tel quel, cela veut seulement dire que l'information visuelle est traitée dans ce que l'on dit.)

Décrire les parties pertinentes des graphiques, des vidéos et autres éléments visuels.

Les décrire en fonction des besoins pour comprendre la présentation. (Il n'est généralement pas nécessaire de décrire les images décoratives.)

Décrire toute autre information visuelle

Par exemple, si une question est posée à l'assistance, résumer la réponse, comme par exemple, l'orateur : "Veuillez lever la main si vous faites des sites web complètement accessibles."...Puis : "Environ la moitié ont levé la main."

Pour plus d'Informations (orateurs & organisateurs)

Cette page web traite des sessions en face à face ; il existe des considérations supplémentaires pour les sessions en ligne, à distance et virtuelles.
Les détails sur la façon de rendre accessibles les documents distribués aux participants dépassent le cadre de ce document.

Il existe des ressources en ligne qui donnent des conseils à ce sujet, comme par exemple :

Informations sur l'accessibilité du Web :

Terminologie (annexe)

Technologie d'assistance
Les technologies d'assistance sont des logiciels ou équipements utilisés par les personnes avec des limitations fonctionnelles afin d'améliorer l'interaction avec le web, tels que des lecteurs d'écran qui lisent à haute voix les pages web aux personnes qui ne peuvent pas lire le texte, les agrandisseurs d'écran pour les personnes ayant certains types de basse vision, et les logiciels de reconnaissance vocale et les systèmes de sélection pour les personnes ne pouvant pas utiliser un clavier ou une souris.
Systèmes d'amplification, boucles magnétiques, boucles à induction magnétique
Les systèmes d'amplification (ALDs en anglais), les boucles magnétiques et les boucles à induction magnétique amplifient le son venant du microphone de l'orateur.
CART
CART (en anglais), sous-titrage en temps réel assisté par ordinateur ou la traduction en temps réel de l'accès à la communication, signifie qu'un professionnel tape mot pour mot ce qui est dit afin que les personnes puissent lire le texte affiché.
Interprètes
Cela comprend les interprètes en langue des signes, le codage en langue parlée complétée et d'autres. Remarquons que la langue des signes est différente de la langue parlée et qu'il n'existe pas de traduction biunivoque.