[accès aux contenus]

W3C

Règles pour l'accessibilité des contenus Web (WCAG) 2.0

*** Version 4.1 non validée (français, 17 février 2009) des règles pour l'accessibilité des contenus Web (WCAG) 2.0

Version en cours de réalisation par le Comité de traduction en français des WCAG 2.0

Recommandation du W3C 11 décembre 2008

Version actuelle (anglais) :
http://www.w3.org/TR/2008/REC-WCAG20-20081211/
Version la plus récente (anglais) :
http://www.w3.org/TR/WCAG20/
Ancienne version (anglais) :
http://www.w3.org/TR/2008/PR-WCAG20-20081103/
Auteurs :
Ben Caldwell, Trace R&D Center, Université du Wisconsin-Madison
Michael Cooper, W3C
Loretta Guarino Reid, Google, Inc.
Gregg Vanderheiden, Trace R&D Center, Université du Wisconsin-Madison
Anciens auteurs :
Wendy Chisholm (jusqu'à juillet 2006 lorsqu'elle était au W3C)
John Slatin (jusqu'à juin 2006 lorsqu'il était à Accessibility Institute, Université du Texas à Austin)
Jason White (jusqu'en mai 2005 lorsqu'il était à Université de Melbourne)

Se reporter aux errata (en anglais) de ce document, qui peuvent contenir des corrections normatives.

Voir aussi les traductions.

Ce document est également disponible dans des formats qui ne sont pas normatifs, consultables à autres versions des règles pour l'accessibilité des contenus Web 2.0.


*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Résumé".

Résumé

Les Règles pour l'accessibilité des contenus Web (WCAG) 2.0 présentent un large éventail de recommandations pour rendre les contenus Web plus accessibles. Suivre ces règles rendra les contenus accessibles à une plus grande variété de personnes vivant des situations de handicap, incluant les personnes aveugles et malvoyantes, les personnes sourdes et malentendantes, les personnes ayant des troubles d'apprentissage, des limitations cognitives, des limitations motrices, des incapacités de la parole, de la photosensibilité et les personnes ayant une combinaison de ces handicaps. Suivre ces règles rendra aussi les contenus Web souvent plus faciles d'utilisation aux utilisateurs en général.

Les critères de succès des WCAG 2.0 sont écrits sous la forme d'énoncés testables qui ne se rattachent pas à une technologie particulière. Des consignes sur la façon de satisfaire à un critère de succès spécifique pour une technologie particulière ainsi que de l'information générale à propos de l'interprétation d'un critère de succès sont données dans des documents distincts. Voir Vue d'ensemble des Règles pour l'accessibilité des contenus Web (en anglais) à titre d'introduction et suivre les liens vers la documentation technique et pédagogique sur les WCAG.

Les WCAG 2.0 remplacent les Règles pour l'accessibilité des contenus Web 1.0 (en anglais) [WCAG10] qui ont été publiées comme Recommandation du W3C en mai 1999. Bien qu'il soit possible de se conformer aussi bien aux WCAG 1.0 qu'aux WCAG 2.0 (ou aux deux), le W3C recommande que les nouveaux contenus et les contenus mis à jour utilisent les WCAG 2.0. Le W3C recommande aussi que les politiques d'accessibilité se réfèrent aux WCAG 2.0.

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Statut du présent document".

Statut du présent document

Cette section décrit le statut de ce document au moment de sa publication. D'autres documents peuvent remplacer ce document. Une liste des publications actuelles du W3C et la dernière version corrigée de ce rapport technique peuvent être trouvées dans le catalogue des rapports techniques du W3C (en anglais) sur http://www.w3.org/TR/.

Ceci est la Recommandation du W3C (en anglais) sur les Règles pour l'accessibilité des contenus Web (WCAG) 2.0 émanant du groupe de travail sur les Règles pour l'accessibilité des contenus Web.

Ce document a été passé en revue par les membres du W3C, par des développeurs de logiciels et par d'autres groupes du W3C et par des tiers intéressés, et approuvé par le directeur en tant que recommandation du W3C. C'est un document stable pouvant être utilisé comme référence ou cité dans un autre document. Le rôle du W3C, dans l'élaboration de cette recommandation, est d'attirer l'attention sur les spécifications et d'en promouvoir le large déploiement. Ceci améliore la fonctionnalité et l'interopérabilité du Web.

Les WCAG 2.0 sont soutenues par des documents non-normatifs associés, Comprendre les WCAG 2.0 (en anglais) et Techniques des WCAG 2.0 (en anglais). Bien que ces documents n'aient pas le statut formel des WCAG 2.0, ils fournissent d'importantes informations pour comprendre et implémenter les WCAG.

Le groupe de travail demande que tous les commentaires soient faits en utilisant le formulaire de commentaire en ligne (en anglais). Si cela n'est pas possible, les commentaires peuvent également être envoyés à public-comments-wcag20@w3.org. Les archives de la liste de commentaires publics (en anglais) sont accessibles au public. Les commentaires reçus concernant la Recommandation des WCAG 2.0 ne peuvent entraîner de modifications de cette version des règles, mais peuvent être pris en compte dans des errata ou dans de futures versions des WCAG. Le groupe de travail n'envisage pas de produire des réponses formelles aux commentaires. Les archives des listes de discussions du groupe de travail sur les WCAG (en anglais) sont publiques et les travaux futurs entrepris par le groupe de travail pourront tenir compte des commentaires reçus sur ce document.

Ce document fait partie des travaux de l'Initiative pour l'accessibilité du WEB (en anglais) (WAI) du W3C. Les objectifs du groupe de travail sur les WCAG sont présentés dans la charte du groupe de travail sur les WCAG (en anglais). Le groupe de travail sur les WCAG fait partie de l'activité technique de la WAI (en anglais).

Ce document a été produit par un groupe œuvrant dans le cadre de la politique de brevets du W3C du 5 février 2004 (en anglais). Le W3C conserve une liste publique de toutes les divulgations des brevets (en anglais) faites en relation avec les livrables du groupe ; cette page inclut également les instructions concernant la divulgation d'un brevet. Un individu ayant la réelle connaissance d'un brevet dont il pense qu'il contient des « droits essentiels (en anglais) », doit révéler cette information en accord avec la section 6 de la politique des brevets du W3C (en anglais).


Table des matières

Annexes


*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Introduction".

Introduction

Cette section est informative.

Les Règles pour l'accessibilité des contenus Web (WCAG) 2.0 définissent la façon de rendre les contenus Web plus accessibles aux personnes handicapées. L'accessibilité couvre un large spectre de handicaps, tels que les handicaps visuels, auditifs, physiques, cognitifs, neurologiques ou encore, ceux liés à la parole, au langage ou à l'apprentissage. Bien que ces règles couvrent un éventail varié de problématiques, elles ne peuvent prétendre répondre aux besoins des personnes avec tous les types, les degrés ou les combinaisons possibles de handicaps. Ces règles rendent également les contenus Web plus utilisables par les individus dont les capacités changent en raison du vieillissement et améliorent souvent l'utilisabilité pour l'ensemble des utilisateurs.

Les WCAG 2.0 sont développées selon le processus du W3C (en anglais) en collaboration avec différents individus et organisations provenant des quatre coins du globe, dans le but de fournir un cadre commun de normalisation pour l'accessibilité des contenus Web répondant aux besoins des individus, des organisations et des gouvernements de partout dans le monde. Les WCAG 2.0 se fondent sur les WCAG 1.0 [WCAG10] et sont conçues pour être largement appliquées à différentes technologies Web existantes ou à venir, en plus d'être vérifiables avec une combinaison de tests automatiques et d'évaluations manuelles. Pour une introduction aux WCAG, voir la Vue d'ensemble des Règles pour l'accessibilité des contenus Web (WCAG).

L'accessibilité du Web ne dépend pas uniquement des contenus accessibles, mais également des navigateurs Web accessibles et des autres agents utilisateurs. Les outils d'édition jouent un rôle majeur dans l'accessibilité du Web. Pour une vue d'ensemble de la manière dont ces éléments d'interaction et de développement Web coopèrent, voir :

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Les différents niveaux de lecture des WCAG 2.0".

Les différents niveaux de lecture des WCAG 2.0

Les particuliers et les organisations qui utilisent les WCAG sont très variés et comprennent des concepteurs Web, des développeurs Web, des décideurs, des acheteurs, des enseignants et des étudiants. Afin de répondre aux besoins variés de ces publics, plusieurs niveaux de lecture sont proposés : de grands principes, des règles générales, des critères de succès testables ainsi qu'un riche ensemble de techniques suffisantes, de techniques recommandées et d'échecs fréquents documentés avec des exemples, des liens vers des ressources et du code.

Tous ces niveaux de lecture (les principes, les règles, les critères de succès ainsi que les techniques suffisantes et les techniques recommandées) forment un ensemble qui donne une aide sur la façon de créer un contenu plus accessible. Les auteurs sont encouragés à consulter et à appliquer tous les niveaux qu'ils peuvent mettre en œuvre, y compris les techniques recommandées, afin de répondre au mieux aux besoins du plus grand nombre possible d'utilisateurs.

Notons que même du contenu conforme au niveau le plus élevé (AAA) ne sera pas accessible aux personnes ayant tous les types, les degrés ou les combinaisons de handicaps, en particulier dans les domaines cognitifs, du langage et de l'apprentissage. Les auteurs sont encouragés à prendre en compte l'ensemble des techniques, y compris les techniques recommandées, et à rechercher des conseils appropriés à propos des bonnes pratiques en vigueur afin de faire en sorte que les contenus Web soient accessibles, autant que possible, à cette communauté. Des métadonnées (en anglais) pourront aider l'utilisateur à trouver les contenus qui correspondent le mieux à ses besoins.

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Les documents d'accompagnement des WCAG 2.0".

Les documents d'accompagnement des WCAG 2.0

Le document des WCAG 2.0 est conçu pour satisfaire ceux qui ont besoin de standards techniques stables auxquels il est possible de faire référence. D'autres documents, appelés documents d'accompagnement, sont basés sur les WCAG 2.0. Ils répondent à d'autres fins et offrent la possibilité d'être mis à jour pour décrire comment les WCAG devront être appliquées pour les technologies futures. Les documents d'accompagnement comprennent :

  1. Comment satisfaire aux WCAG 2.0 (en anglais) - Une liste personnalisable de références rapides pour les WCAG 2.0 qui contient toutes les règles, les critères de succès et les techniques utilisables par les auteurs lorsqu'ils développent et évaluent les contenus Web.

  2. Comprendre les WCAG 2.0 (en anglais) - Un guide pour comprendre et mettre en œuvre les WCAG 2.0. On y trouve un court document de « compréhension » pour chaque règle et chaque critère de succès dans les WCAG 2.0 ainsi que pour certains éléments clés.

  3. Les techniques pour les WCAG 2.0 (en anglais) - Un regroupement de techniques et d'échecs fréquents, chacun dans un document distinct contenant une description, des exemples, du code et des tests.

  4. Les documents des WCAG 2.0 (en anglais) - Un diagramme et une description de la façon dont les documents techniques sont reliés entre eux.

Voir la Vue d'ensemble des Règles pour l'accessibilité des contenus Web (en anglais) pour une description des éléments d'accompagnement, y compris les ressources éducatives en lien avec les WCAG 2.0. Des ressources supplémentaires qui couvrent des points tels que des analyses de rentabilité sur l'accessibilité, la planification des mises en œuvre d'améliorations de l'accessibilité des sites Web ou les politiques d'accessibilité sont décrits dans les ressources de la WAI (en anglais).

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Les termes importants des WCAG 2.0".

Les termes importants des WCAG 2.0

Les WCAG 2.0 contiennent trois termes importants qui sont différents des WCAG 1.0. Chacun d'entre eux est présenté brièvement ci-dessous et détaillé de façon plus complète dans le glossaire.

Page Web

Il est important de noter que, dans ce standard, le terme « page Web » va plus loin que la notion de page HTML statique. Cela inclut les pages Web de plus en plus dynamiques qui apparaissent sur le Web, notamment les « pages » qui peuvent présenter une communauté virtuelle interactive complète. Par exemple, le terme « page Web » peut inclure une expérience immersive, interactive, proche du cinéma, pouvant être trouvée sur une seule URI. Pour plus d'informations, voir Comprendre le terme « page Web » (en anglais).

Déterminé par un programme informatique

Plusieurs critères de succès exigent que le contenu (ou certains aspects du contenu) puisse être « déterminé (déterminable) par un programme informatique. » Cela veut dire que le contenu est fourni de façon à ce que les agents utilisateurs, y compris aux technologies d'assistance, puissent extraire et présenter l'information concernée de différentes manières aux utilisateurs. Pour plus d'informations, voir Comprendre déterminé par un programme informatique (en anglais).

Compatible avec l'accessibilité

Utiliser une technologie compatible avec l'accessibilité signifie que celle-ci fonctionne avec les technologies d'assistance et les fonctionnalités d'accessibilité des systèmes d'exploitation, des navigateurs ainsi que d'autres agents utilisateurs. La conformité aux critères de succès des WCAG 2.0 ne peut dépendre des fonctionnalités d'une technologie que si elles sont utilisées d'une façon qui soit « compatible avec l'accessibilité ». Les fonctionnalités d'une technologie peuvent être utilisées d'une manière non compatible avec l'accessibilité (ne fonctionnant pas avec des technologies d'assistance, etc.) tant que la conformité à un critère de succès quel qu'il soit ne dépend pas de ces fonctionnalités (par exemple la même information ou la même fonctionnalité seront disponibles d'une autre manière qui sera compatible).

La définition de « compatible avec l'accessibilité » est disponible dans la section Annexe A : Glossaire de ces règles. Pour plus d'informations, voir Comprendre la compatibilité avec l'accessibilité (en anglais).

Les Règles des WCAG 2.0

Cette section est normative.

Principe 1 : Perceptible - L'information et les composants de l'interface utilisateur doivent être présentés à l'utilisateur d'une façon qu'il puisse percevoir.

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Règle 1.1".

Règle 1.1 Les équivalents textuels : Proposer des équivalents textuels à tout contenu non textuel pour que ce dernier puisse être présenté sous d'autres formes selon les besoins de l'utilisateur : grands caractères, braille, synthèse vocale, symboles ou langage simplifié.

1.1.1 Contenu non textuel : Tout contenu non-textuel présenté à l'utilisateur a un équivalent textuel qui remplit une fonction équivalente sauf dans les situations énumérées ci-dessous. (Niveau A)

  • Composant d'interface ou de saisie : Si le contenu non textuel est un composant d'interface ou s'il permet la saisie d'informations par l'utilisateur, alors il a un nom qui décrit sa fonction. (Se référer à la Règle 4.1 pour des exigences supplémentaires à propos des composants d'interfaces utilisateur ou des contenus qui permettent la saisie d'informations par l'utilisateur.)

  • Média temporel : Si le contenu non textuel est un média temporel, alors l'équivalent textuel fournit au moins une identification descriptive du contenu non textuel. (Se référer à la Règle 1.2 pour des exigences supplémentaires concernant les médias temporels.)

  • Test : Si le contenu non textuel est un test ou un exercice qui serait invalide s'il était présenté en texte, alors l'équivalent textuel fournit au moins une identification descriptive du contenu non textuel.

  • Contenu sensoriel : Si le contenu non textuel vise d'abord à créer une expérience sensorielle spécifique, l'équivalent textuel fournit au moins une identification descriptive de ce contenu non textuel.

  • CAPTCHA : Si ce contenu non textuel vise à confirmer que le contenu est consulté par une personne plutôt que par un ordinateur, alors un équivalent textuel est fourni pour identifier et décrire la fonction du contenu non textuel, et des formes alternatives du CAPTCHA sont proposées pour différents types de perception sensorielle afin d'accommoder différents types d'incapacités.

  • Décoration, formatage, invisibilité : Si le contenu non textuel est purement décoratif, s'il est utilisé seulement pour un formatage visuel ou s'il n'est pas présenté à l'utilisateur, alors il est implémenté de manière à être ignoré par les technologies d'assistance.

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Règle 1.2".

Règle 1.2 Média temporel : Proposer des versions de remplacement aux médias temporels.

1.2.1 Contenu seulement audio ou vidéo (pré-enregistré) : Pour des médias pré-enregistrés seulement audio et pré-enregistrés seulement vidéo, sauf si l'audio ou la vidéo sont un média de remplacement pour un texte et qu'ils sont clairement identifiés comme tels : (Niveau A)

  • Contenu pré-enregistré seulement audio : Fournir une version de remplacement pour un média temporel, présentant une information équivalente au contenu seulement audio.

  • Contenu pré-enregistré seulement vidéo : Fournir, soit une version de remplacement pour un média temporel, soit une piste audio (présentant une information équivalente) pour un contenu pré-enregistré seulement vidéo.

1.2.2 Sous-titres (pré-enregistrés) : Fournir des sous-titres pour tout contenu audio pré-enregistré dans un média synchronisé, excepté lorsque le média est un média de remplacement pour un texte et qu'il est clairement identifié comme tel. (Niveau A)

1.2.3 Audio-description ou version de remplacement pour un média temporel (pré-enregistré) : Fournir une version de remplacement pour un média temporel ou une audio-description du contenu vidéo pré-enregistré pour un média synchronisé, excepté quand le média est un média de remplacement pour un texte et qu'il est clairement identifié comme tel. (Niveau A)

1.2.4 Sous-titres (en direct) : Fournir des sous-titres pour tout contenu audio en direct, sous forme de média synchronisé. (Niveau AA)

1.2.5 Audio-description (pré-enregistrée) : Fournir une audio-description pour tout contenu vidéo pré-enregistré, sous forme de média synchronisé. (Niveau AA)

1.2.6 Langue des signes (pré-enregistrée) : Fournir une interprétation en langue des signes pour tout contenu audio pré-enregistré, sous forme de média synchronisé. (Niveau AAA)

1.2.7 Audio-description étendue (pré-enregistrée) : Lorsque les blancs présents dans le fond sonore ne sont pas suffisants pour permettre à l'audio-description de transmettre le sens de la vidéo, fournir une audio-description étendue pour tout contenu vidéo pré-enregistré sous la forme de média synchronisé. (Niveau AAA)

1.2.8 Version de remplacement pour un média temporel (pré-enregistrée) : Fournir une version de remplacement pour un média temporel, pour tout contenu de type média synchronisé pré-enregistré et pour tout média pré-enregistré seulement vidéo. (Niveau AAA)

1.2.9 Seulement audio (en direct) : Fournir une version de remplacement pour un média temporel, donnant une information équivalente pour un contenu seulement audio en direct. (Niveau AAA)

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Règle 1.3".

Règle 1.3 Adaptable : Créer un contenu qui puisse être présenté de différentes manières sans perte d'information ni de structure (par exemple avec une mise en page simplifiée).

1.3.1 Information et relations : L'information, la structure et les relations véhiculées par la présentation peuvent être déterminées par un programme informatique ou sont disponibles sous forme de texte. (Niveau A)

1.3.2 Ordre séquentiel logique : Lorsque l'ordre de présentation du contenu affecte sa signification, un ordre de lecture correct peut être déterminé par un programme informatique. (Niveau A)

1.3.3 Caractéristiques sensorielles : Les instructions données pour la compréhension et l'utilisation du contenu ne doivent pas reposer uniquement sur les caractéristiques sensorielles des éléments comme la forme, la taille, l'emplacement visuel, l'orientation ou le son. (Niveau A)

Note : Pour les exigences liées à la couleur, se référer à la Règle 1.4.

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Règle 1.4".

Règle 1.4 Distinguable : Faciliter la perception visuelle et auditive du contenu par l'utilisateur, notamment en séparant le premier plan de l'arrière-plan.

1.4.1 Utilisation de la couleur : La couleur n'est pas utilisée comme la seule façon de véhiculer de l'information, d'indiquer une action, de solliciter une réponse ou de distinguer un élément visuel. (Niveau A)

Note : Ce critère de succès traite spécifiquement de la perception des couleurs. Les autres formes de perception sont traitées à la règle 1.3 comme l'accès à la couleur par programme informatique et les autres formes de codage de la présentation visuelle.

1.4.2 Contrôle du son : Si du son sur une page Web est audible automatiquement pendant plus de 3 secondes, un mécanisme est disponible pour le mettre en pause, l'arrêter ou pour en contrôler le volume de façon indépendante du niveau de volume du système général. (Niveau A)

Note : Puisque tout contenu ne satisfaisant pas à ce critère de succès peut interférer avec la capacité de l'utilisateur à exploiter la page entière, tout le contenu présent dans la page Web (qu'il soit utilisé pour satisfaire à d'autres critères de succès ou non) doit satisfaire à ce critère de succès. Voir l'exigence de conformité 5 : Non-interférence.

1.4.3 Contraste (minimum) : La présentation visuelle du texte et du texte sous forme d'image a un rapport de contraste d'au moins 4,5:1, sauf dans les cas suivants : (Niveau AA)

  • Texte agrandi : Le texte agrandi et le texte agrandi sous forme d'image ont un rapport de contraste d'au moins 3:1;

  • Texte décoratif : Aucune exigence de contraste pour le texte ou le texte sous forme d'image qui fait partie d'un composant d'interface utilisateur inactif, qui est purement décoratif, qui est invisible pour tous ou qui est une partie d'une image contenant un autre contenu significatif.

  • Logotypes : Aucune exigence de contraste pour le texte faisant partie d'un logo ou d'un nom de marque.

1.4.4 Redimensionnement du texte : À l'exception des sous-titres et du texte sous forme d'image, le texte peut être redimensionné jusqu'à 200 pour cent sans l'aide d'une technologie d'assistance et sans perte de contenu ou de fonctionnalité. (Niveau AA)

1.4.5 Texte sous forme d'image : Si les technologies utilisées peuvent réaliser la présentation visuelle, du texte est utilisé pour véhiculer l'information plutôt que du texte sous forme d'image sauf dans les cas suivants : (Niveau AA)

  • Personnalisable : Le texte sous forme d'image peut être personnalisé visuellement selon les exigences de l'utilisateur;

  • Essentielle : Une présentation spécifique du texte est essentielle à l'information véhiculée.

Note : Les logotypes (le texte qui fait partie d'un logo ou d'un nom de marque) sont considérés comme essentiels.

1.4.6 Contraste (amélioré) : La présentation visuelle du texte et du texte sous forme d'image a un rapport de contraste d'au moins 7:1, sauf dans les cas suivants : (Niveau AAA)

  • Texte agrandi : Le texte agrandi et le texte agrandi sous forme d'image ont un rapport de contraste d'au moins 4,5:1;

  • Texte décoratif : Aucune exigence de contraste pour le texte ou le texte sous forme d'image qui fait partie d'un composant d'interface utilisateur inactif, qui est purement décoratif, qui est invisible pour tous ou qui est une partie d'une image contenant un autre contenu significatif.

  • Logotypes : Aucune exigence de contraste pour le texte faisant partie d'un logo ou d'un nom de marque.

1.4.7 Arrière-plan sonore de faible volume ou absent : Pour un contenu seulement audio pré-enregistré qui (1) contient principalement de la parole au premier plan, (2) n'est pas un CAPTCHA ou un logo sonore et (3) qui n'est pas une vocalisation dont l'intention est principalement d'être musicale comme une chanson ou un rap, au moins l'une des conditions suivantes est vraie : (Niveau AAA)

  • Sans arrière-plan : Le contenu audio ne contient pas d'arrière-plan sonore.

  • Désactivation : L'arrière-plan sonore peut être désactivé.

  • 20 dB : L'arrière-plan sonore est au moins 20 décibels plus faible que le contenu parlé au premier plan sauf pour certains effets sonores occasionnels durant seulement une ou deux secondes.

    Note : Par la définition du « décibel » , le volume de l'arrière-plan sonore correspondant à cette exigence est approximativement quatre fois plus faible que le contenu parlé au premier plan.

1.4.8 Présentation visuelle : Pour la présentation visuelle des blocs de texte, un mécanisme est disponible permettant de réaliser ce qui suit : (Niveau AAA)

  1. Les couleurs de premier plan et d'arrière-plan peuvent être choisies par l'utilisateur.

  2. La largeur n'excède pas 80 caractères ou glyphes (40 si CJK).

  3. Le texte n'est pas justifié (aligné simultanément à droite et à gauche).

  4. L'espacement entre les lignes (interlignage) est d'une valeur d'au moins 1,5 dans les paragraphes et l'espacement entre les paragraphes est au moins 1,5 fois plus grand que la valeur de l'interligne.

  5. La taille du texte peut être redimensionnée jusqu'à 200 pour cent sans l'aide d'une technologie d'assistance et sans que l'utilisateur soit obligé de faire défiler le texte horizontalement pour lire une ligne complète dans une fenêtre plein écran.

1.4.9 Texte sous forme d'image (sans exception) : Le texte sous forme d'image est utilisé seulement pour du texte purement décoratif ou lorsqu'une présentation spécifique du texte est essentielle à l'information véhiculée. (Niveau AAA)

Note : Les logotypes (le texte qui fait partie d'un logo ou d'un nom de marque) sont considérés comme essentiels.

Principe 2 : Utilisable - Les composants de l'interface utilisateur et de navigation doivent être utilisables.

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Règle 2.1".

Règle 2.1 Accessibilité au clavier : Rendre toutes les fonctionnalités accessibles au clavier.

2.1.1 Clavier : Toutes les fonctionnalités du contenu sont utilisables à l'aide d'une interface clavier sans exiger un rythme spécifique de la frappe personnelle de l'utilisateur, sauf lorsque la fonction sous-jacente nécessite une saisie qui dépend du tracé du mouvement effectué par l'utilisateur et pas seulement des points de départ et d'arrivée de ce tracé. (Niveau A)

Note 1 : Cette exception ne concerne que la fonction sous-jacente et non la technique de saisie. Par exemple, lorsqu'on utilise l'écriture manuscrite pour saisir du texte, la technique de saisie (l'écriture manuscrite) nécessite une saisie qui dépend d'un tracé, mais la fonction sous-jacente (la saisie de texte) ne le requiert pas.

Note 2 : Cela n'interdit pas et ne devrait pas décourager l'utilisation de la souris ou de toute autre méthode de saisie en plus de l'utilisation du clavier.

2.1.2 Pas de piège au clavier : Si le focus du clavier peut être positionné sur un élément de la page à l'aide d'une interface clavier, réciproquement, il peut être déplacé hors de ce même composant simplement à l'aide d'une interface clavier et, si ce déplacement exige plus que l'utilisation d'une simple touche flèche ou tabulation ou toute autre méthode standard de sortie, l'utilisateur est informé de la méthode permettant de déplacer le focus hors de ce composant. (Niveau A)

Note : Puisque tout contenu ne satisfaisant pas à ce critère de succès peut interférer avec la capacité de l'utilisateur à exploiter la page entière, tout le contenu présent dans la page Web (qu'il soit utilisé pour satisfaire à d'autres critères de succès ou non) doit satisfaire à ce critère de succès. Voir l'exigence de conformité 5 : Non-interférence.

2.1.3 Clavier (pas d'exception) : Toutes les fonctionnalités du contenu sont utilisables à l'aide d'une interface clavier sans exiger un rythme spécifique de la frappe personnelle de l'utilisateur. (Niveau AAA)

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Règle 2.2".

Règle 2.2 Délai suffisant : Laisser à l'utilisateur suffisamment de temps pour lire et utiliser le contenu.

2.2.1 Réglage du délai : Pour chaque limite de temps fixée par le contenu, au moins l'un des points suivants est vrai : (Niveau A)

  • Suppression : L'utilisateur a la possibilité de supprimer la limite de temps avant de la rencontrer ; ou

  • Ajustement : L'utilisateur a la possibilité d'ajuster la limite de temps avant de la rencontrer dans un intervalle d'au moins dix fois la durée paramétrée par défaut ; ou

  • Extension : L'utilisateur est averti avant que la limite de temps n'expire et il lui est accordé au moins 20 secondes pour étendre cette limite par une action simple (par exemple, « appuyer sur la barre d'espace ») et l'utilisateur a la possibilité d'étendre la limite de temps au moins dix fois ; ou

  • L'exception du temps réel : La limite de temps est une partie constitutive d'un événement en temps réel (par exemple, une enchère) et aucune alternative n'est possible ; ou

  • L'exception de la limite essentielle : La limite de temps est essentielle et l'étendre invaliderait alors l'activité ; ou

  • L'exception des 20 heures : La limite de temps est supérieure à 20 heures.

Note : Ce critère de succès permet de s'assurer que les utilisateurs peuvent compléter leurs tâches sans changement inattendu de contenu ou de contexte résultant de la limite de temps. Il devrait être considéré conjointement avec le critère de succès 3.2.1, qui pose des limites aux changements de contenu ou de contexte résultant d'une action de l'utilisateur.

2.2.2 Mettre en pause, arrêter, masquer : Pour toute information en mouvement, clignotante, défilante ou mise à jour automatiquement, tous les points suivants sont vrais : (Niveau A)

  • Déplacement, clignotement, défilement : Pour toute information en mouvement, clignotante ou défilante qui (1) démarre automatiquement, (2) dure plus de cinq secondes et (3) est présentée conjointement avec un autre contenu, il y a un mécanisme à la disposition de l'utilisateur pour la mettre en pause, l'arrêter ou la masquer, à moins que le mouvement, le clignotement ou le défilement s'avère un élément essentiel au bon déroulement de l'activité; et

  • Mise à jour automatique : Pour toute information mise à jour automatiquement qui (1) démarre automatiquement (2) et est présentée conjointement avec un autre contenu, il y a un mécanisme à la disposition de l'utilisateur pour la mettre en pause, l'arrêter ou pour en contrôler la fréquence des mises à jour à moins que la mise à jour automatique s'avère essentielle au bon déroulement de l'activité.

Note 1 : Pour les exigences relatives au contenu scintillant ou flashant, se référer à la règle 2.3.

Note 2 : Puisque tout contenu ne satisfaisant pas à ce critère de succès peut interférer avec la capacité de l'utilisateur à exploiter la page entière, tout le contenu présent dans la page Web (qu'il soit utilisé pour satisfaire à d'autres critères de succès ou non) doit satisfaire à ce critère de succès. Lire Exigence de conformité 5 : Non-interférence.

Note 3 : Il n'est pas exigé que le contenu mis à jour périodiquement par logiciel ou diffusé en flux à l'agent utilisateur conserve ou présente l'information générée ou reçue entre la mise en pause et la reprise de la présentation, puisque cela peut ne pas être techniquement possible et s'avérer trompeur dans beaucoup de situations.

Note 4 : Une animation survenant dans une phase de pré-chargement ou dans une situation similaire peut être considérée comme essentielle si aucune interaction n'est permise à tous les utilisateurs durant cette phase et si l'absence d'indication de progression est susceptible de perturber les utilisateurs ou de leur faire croire que le contenu est figé ou défectueux.

2.2.3 Pas de délai d'exécution : Le temps n'est pas un facteur essentiel dans le déroulement de l'événement ou de l'activité, à l'exception des médias synchronisés non interactifs et des événements en temps réel. (Niveau AAA)

2.2.4 Interruptions : Les interruptions peuvent être reportées ou supprimées par l'utilisateur, à l'exception des interruptions impliquant une urgence. (Niveau AAA)

2.2.5 Nouvelle authentification : Quand une session authentifiée expire, l'utilisateur peut poursuivre son activité sans perte de données après une nouvelle authentification. (Niveau AAA)

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Règle 2.3".

Règle 2.3 Crises : Ne pas concevoir de contenu susceptible de provoquer des crises.

2.3.1 Pas plus de trois clignotements ou sous le seuil critique : Une page Web doit être exempte de tout élément qui clignote plus de trois fois dans n'importe quel intervalle d'une seconde ou ce clignotement doit se situer sous le seuil de flash générique et le seuil de flash rouge. (Niveau A)

Note : Puisque tout contenu ne satisfaisant pas àce critère de succès peut interférer avec la capacité de l'utilisateur àexploiter la page entière, tout le contenu présent dans la page Web (qu'il soit utilisé pour satisfaire àd'autres critères de succès ou non) doit satisfaire àce critère de succès. Voir l'exigence de conformité 5 : Non-interférence.

2.3.2 Trois clignotements : Une page Web doit être exempte de tout élément qui clignote plus de trois fois dans n'importe quel intervalle d'une seconde. (Niveau AAA)

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Règle 2.4".

Règle 2.4 Navigable : Fournir à l'utilisateur des éléments d'orientation pour naviguer, trouver le contenu et se situer dans le site.

Principe 3 : Compréhensible - Les informations et l'utilisation de l'interface utilisateur doivent être compréhensibles.

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Règle 3.1".

Règle 3.1 Lisible : Rendre le contenu textuel lisible et compréhensible.

3.1.2 Langue d'un passage : La langue de chaque passage ou expression du contenu peut être déterminée par un programme informatique sauf pour un nom propre, pour un terme technique, pour un mot dont la langue est indéterminée ou pour un mot ou une expression faisant partie du langage courant de la langue utilisée dans le contexte immédiat. (Niveau AA)

3.1.3 Mots rares : Un mécanisme est disponible pour identifier la définition spécifique des mots ou expressions utilisés de manière inhabituelle ou de façon limitée, y compris les expressions idiomatiques et le jargon. (Niveau AAA)

3.1.4 Abréviations : Un mécanisme est disponible pour identifier la forme complète ou la signification d'une abréviation. (Niveau AAA)

3.1.5 Niveau de lecture : Lorsqu'un texte nécessite une capacité de lecture plus avancée que le premier cycle de l'enseignement secondaire, après la suppression des noms propres et des titres, un contenu additionnel ou une version qui ne requiert pas de capacité de lecture supérieure au premier cycle de l'enseignement secondaire est disponible. (Niveau AAA)

3.1.6 Prononciation : Un mécanisme permet d'identifier la prononciation spécifique des mots dont la signification est ambiguë dans le contexte si leur prononciation n'est pas connue. (Niveau AAA)

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Règle 3.2".

Règle 3.2 Prévisible : Faire en sorte que les pages apparaissent et fonctionnent de manière prévisible.

3.2.1 Au focus : Quand un composant reçoit le focus, il ne doit pas initier de changement de contexte. (Niveau A)

3.2.2 À la saisie : Le changement de paramètre d'un composant d'interface utilisateur ne doit pas initier de changement de contexte à moins que l'utilisateur n'ait été avisé de ce comportement avant d'utiliser le composant. (Niveau A)

3.2.3 Navigation cohérente : Dans un ensemble de pages, les mécanismes de navigation qui se répètent sur plusieurs pages Web se présentent dans le même ordre relatif chaque fois qu'ils sont répétés, à moins qu'un changement soit initié par l'utilisateur. (Niveau AA)

3.2.4 Identification cohérente : Dans un ensemble de pages Web les composants qui ont la même fonctionnalité sont identifiés de la même façon. (Niveau AA)

3.2.5 Changement à la demande : Un changement de contexte est initié uniquement sur demande de l'utilisateur ou un mécanisme est disponible pour désactiver un tel changement. (Niveau AAA)

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Règle 3.3".

Règle 3.3 Assistance à la saisie : Aider l'utilisateur à éviter et à corriger les erreurs de saisie.

3.3.1 Identification des erreurs : Si une erreur de saisie est détectée automatiquement, l'élément en erreur est identifié et l'erreur est décrite à l'utilisateur sous forme de texte. (Niveau A)

3.3.2 Étiquettes ou instructions : Des étiquettes sont présentées ou des instructions sont fournies quand un contenu requiert une saisie utilisateur. (Niveau A)

3.3.3 Suggestion après une erreur : Si une erreur de saisie est automatiquement détectée et que des suggestions de corrections sont connues, ces suggestions sont alors proposées à l'utilisateur à moins que cela puisse compromettre la sécurité ou la finalité du contenu. (Niveau AA)

3.3.4 Prévention des erreurs (juridiques, financières, de données) : Pour les pages Web qui entraînent des engagements juridiques ou des transactions financières de la part de l'utilisateur, qui modifient ou effacent des données contrôlables par l'utilisateur dans des systèmes de stockages de données, qui enregistrent les réponses de l'utilisateur à un test ou un examen, au moins l'une des conditions suivantes est vraie : (Niveau AA)

  1. Réversible : Les actions d'envoi sont réversibles.

  2. Vérifiée : Les données saisies par l'utilisateur sont vérifiées au niveau des erreurs de saisie et la possibilité est donnée à l'utilisateur de les corriger.

  3. Confirmée : Un mécanisme est disponible pour revoir, confirmer et corriger les informations avant leur soumission finale.

3.3.6 Prévention des erreurs (toutes) : Pour des pages Web demandant à l'utilisateur de soumettre des informations, au moins l'une des conditions suivantes est vraie : (Niveau AAA)

  1. Réversible : Les actions d'envoi sont réversibles.

  2. Vérifiée : Les données saisies par l'utilisateur sont vérifiées au niveau des erreurs de saisie et la possibilité est donnée à l'utilisateur de les corriger.

  3. Confirmée : Un mécanisme est disponible pour revoir, confirmer et corriger les informations avant leur soumission finale.

Principe 4 : Robuste - Le contenu doit être suffisamment robuste pour être interprété de manière fiable par une large variété d'agents utilisateurs, y compris les technologies d'assistance.

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Règle 4.1".

Règle 4.1 Compatible : Optimiser la compatibilité avec les agents utilisateurs actuels et futurs, y compris les technologies d'assistance.

4.1.1 Analyse syntaxique : À moins que les spécifications ne le permettent, dans un contenu implémenté via un langage de balisage, les éléments ont des balises de début et de fin complètes, ils sont imbriqués conformément à leurs spécifications, ils ne contiennent pas d'attributs dupliqués et chaque ID est unique. (Niveau A)

Note: Les balises de début et de fin auxquelles il manque un caractère critique, comme un chevron fermant ou un guillemet pour une valeur d'attribut, sont considérées incomplètes.

4.1.2 Nom, rôle et valeur : Pour tout composant d'interface utilisateur (comprenant mais n'étant pas limité aux éléments de formulaire, liens et composants générés par des scripts), le nom et le rôle peuvent être déterminés par un programme informatique ; les états, les propriétés et les valeurs qui peuvent être paramétrés par l'utilisateur peuvent être définis par programmation ; et la notification des changements de ces éléments est disponible aux agents utilisateurs, incluant les technologies d'assistance. (Niveau A)

Note : Ce critère de succès s'adresse d'abord aux auteurs qui développent ou programment leurs propres composants d'interface utilisateur. Toutefois, les contrôles HTML standards se conforment déjà à ce critère de succès lorsqu'ils sont utilisés conformément à la spécification.

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Conformité".

Conformité

Cette section est normative.

Cette section reprend les exigences de conformité aux WCAG 2.0. Elle explique aussi comment faire une déclaration de conformité, ce qui est optionnel. Finalement, elle décrit la signification du terme compatible avec l'accessibilité, puisque la conformité ne peut dépendre que des technologies qui sont utilisées de manière compatible avec l'accessibilité. Le document Comprendre la conformité (en anglais) comprend des explications plus précises sur la notion de compatibilité avec l'accessibilité.

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Les exigences de la conformité".

Les exigences de conformité

Afin qu'une page Web soit conforme aux WCAG 2.0, toutes les exigences suivantes doivent être satisfaites :

1. Niveau de conformité : l'un des niveaux de conformité suivants est atteint par le respect de la totalité de ses critères de succès.

  • Niveau A : Pour une conformité de niveau A (le niveau minimal de conformité), la page Web satisfait à tous les critères de succès de niveau A ou une version de remplacement conforme est fournie.

  • Niveau AA : Pour une conformité de niveau AA, la page Web remplit tous les critères de succès de niveau A et AA ou une version de remplacement conforme au niveau AA est fournie.

  • Niveau AAA : Pour une conformité de niveau AAA, la page Web remplit tous les critères de succès de niveau A, AA et AAA ou une version de remplacement conforme au niveau AAA est fournie.

Note 1 : Bien que la conformité se définisse par paliers, les auteurs sont invités à mentionner (dans leur déclaration) tous les critères de succès satisfaits au-delà du niveau de conformité atteint.

Note 2 : Il n'est pas recommandé de se fixer le niveau AAA comme objectif à l'échelle de sites entiers car il n'est pas possible de satisfaire à tous les critères de succès du niveau AAA pour certains contenus.

2. Pages complètes : La conformité (et le niveau de conformité) s'entend uniquement pour des pages Web complètes et ne peut être atteinte si une partie de la page Web est exclue.

Note 1 : Dans le but de déterminer la conformité, les versions de remplacement à une partie du contenu de la page sont considérées comme une partie de la page quand les versions de remplacement peuvent être obtenues directement depuis la page, comme par exemple, une description longue ou la présentation de remplacement d'une vidéo.

Note 2 : Les auteurs de pages Web qui ne peuvent être considérées comme conformes en raison d'un contenu que l'auteur ne maîtrise pas peuvent envisager d'utiliser une déclaration de conformité partielle.

3. Processus complets : Quand une page Web fait partie d'un ensemble représentant un processus (comme une succession d'étapes devant être complétées afin d'accomplir une activité), toutes les pages Web du processus sont conformes au moins au niveau spécifié. (La conformité à un certain niveau est impossible s'il existe une page de ce processus qui n'atteint pas au moins ce niveau.)

Exemple : Une boutique en ligne présente une série de pages permettant de sélectionner et d'acheter des produits. Toutes les pages de la séquence depuis le début jusqu'à la fin (le paiement) sont conformes afin que toute page faisant partie du processus soit conforme.

4. L'usage des technologies selon des méthodes exclusivement compatibles avec l'accessibilité : La satisfaction à un critère de succès ne dépend que des méthodes d'utilisation des technologies qui sont compatibles avec l'accessibilité. Toute information ou fonctionnalité proposée d'une manière non compatible avec l'accessibilité est également disponible sous une forme compatible avec l'accessibilité. (Voir Comprendre la compatibilité avec l'accessibilité (en anglais).)

5. Non interférence : Si des technologies sont employées de manière non compatible avec l'accessibilité ou non conforme, alors elles n'empêchent pas les utilisateurs d'accéder au reste de la page. En outre, la page Web dans sa globalité continue de répondre aux exigences de conformité dans chacun des cas suivants :

  1. quand toute technologie non dépendante est activée dans l'agent utilisateur,

  2. quand toute technologie non dépendante est désactivée dans l'agent utilisateur et

  3. quand toute technologie non dépendante n'est pas reconnue par l'agent utilisateur

De plus, les critères de succès suivants s'appliquent à tout le contenu de la page, y compris au contenu dont on ne dépend pas autrement pour atteindre la conformité, car un échec à les satisfaire pourrait perturber toute utilisation de la page :

  • 1.4.2 - Contrôle du son,

  • 2.1.2 - Pas de piège au clavier,

  • 2.3.1 - Pas plus de trois clignotements ou sous le seuil critique et

  • 2.2.2 - Mettre en pause, arrêter, masquer.

Note : Si une page ne peut pas être rendue conforme (par exemple une page de test de la conformité ou une page d'exemple), elle ne peut pas être incluse dans le périmètre de conformité ou dans une déclaration de conformité.

Pour plus d'information et des exemples, voir Comprendre les exigences de conformité (en anglais).

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Déclarations de conformité (optionnelle)".

Déclarations de conformité (optionnelle)

La conformité est définie seulement pour les pages Web. Toutefois, une déclaration de conformité peut être faite pour une seule page, une série de pages ou un ensemble de pages Web reliées entre elles.

Éléments requis pour une déclaration de conformité

Une déclaration de conformité n'est pas obligatoire. Les auteurs peuvent se conformer aux WCAG 2.0 sans faire aucune déclaration. Toutefois, si une déclaration de conformité est faite, cette déclaration de conformité doit inclure les informations suivantes :

  1. Date de la déclaration;

  2. Titre des Règles, version et URI : « Règles pour l'accessibilité des contenus Web 2.0 à http://www.w3.org/TR/2008/REC-WCAG20-20081211/ »

  3. Niveau de conformité satisfait : (Niveau A, AA ou AAA)

  4. Une brève description des pages Web, comme une liste d'URI pour lesquelles la déclaration est faite en précisant si les sous-domaines sont inclus dans la déclaration.

    Note 1 : Les pages Web peuvent être décrites sous forme de liste ou par une expression qui décrit tous les URI inclus dans la déclaration.

    Note 2 : Les produits Web qui ne comportent pas d'URI avant leur installation sur le site Web du client peuvent comporter un engagement à l'effet que le produit sera conforme une fois installé.

  5. Une liste des technologies Web dont dépend l'utilisation du contenu.

Note : Si un logo de conformité est utilisé, il devrait constituer une déclaration et doit donc être accompagné des éléments requis pour une déclaration de conformité tel qu'énumérés ci-dessus.

Éléments optionnels d'une déclaration de conformité

En plus des éléments ci-dessus qui sont requis pour une déclaration de conformité, considérer la possibilité d'ajouter des informations pour aider les utilisateurs. Les informations supplémentaires recommandées comprennent :

  • Une liste des critères de succès qui vont au-delà du niveau de conformité atteint. Cette information devrait être donnée d'une façon que les utilisateurs pourront utiliser, de préférence sous la forme de métadonnées lisibles par machine.

  • Une liste des technologies qui « sont utilisées mais dont l'utilisation du contenu ne dépend pas ».

  • Une liste des agents utilisateurs, incluant les technologies d'assistance qui ont été utilisées pour vérifier le contenu.

  • De l'information à propos des dispositions prises pour aller au-delà des critères de succès dans le but d'améliorer l'accessibilité.

  • Une version lisible par machine d'une métadonnée sur les technologies spécifiques dont dépend l'utilisation du contenu.

  • Une version lisible par machine de la déclaration de conformité.

Note 1 : Lire Comprendre la déclaration de conformité (en anglais) pour plus d'information et pour des exemples de déclarations de conformité.

Note 2 : Lire Comprendre les métadonnées (en anglais) pour plus d'informations à propos de l'utilisation des métadonnées dans une déclaration de conformité.

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Déclaration de conformité partielle - Contenu fourni par un tiers".

Déclaration de conformité partielle - Contenu fourni par un tiers

Parfois, des pages Web sont créées afin que l'on puisse y rajouter un contenu. Par exemple, une application Web de courrier électronique, un blogue, un article permettant l'ajout de commentaires par les utilisateurs ou des applications acceptant du contenu généré par l'utilisateur. Un autre exemple serait une page, telle que celles d'un portail ou d'un site d'informations, composées d'une somme de contenus rédigés par de multiples contributeurs ou des sites insérant automatiquement, au fur et à mesure, du contenu provenant d'autres sites, tels que des publicités insérées automatiquement.

Dans ces cas-là, il est impossible lors de l'affichage original de savoir quel sera le contenu non contrôlé de ces pages. Il est important de remarquer que le contenu non contrôlé peut également affecter l'accessibilité du contenu contrôlé. Deux options sont envisageables :

  1. La détermination de conformité peut être basée sur la connaissance de l'existant. Si une page de ce type est vérifiée et réparée (le contenu non conforme est enlevé ou mis en conformité) en moins de deux jours ouvrables, alors une détermination ou affirmation de la conformité peut être faite puisque, excepté les erreurs dans le contenu généré en externe qui sont corrigées ou enlevées lorsqu'elles sont découvertes, la page est conforme. Aucune affirmation de conformité ne peut être faite s'il est impossible de vérifier ou de réparer le contenu non conforme

    ou

  2. Une « déclaration de conformité partielle » peut être faite comme quoi la page n'est pas conforme, mais qu'elle pourrait l'être si certaines parties étaient enlevées. La forme de cette déclaration pourrait être : « Cette page n'est pas conforme, mais pourrait être conforme aux WCAG 2.0 niveau X si les parties suivantes, issues de sources non contrôlées, lui étaient retirées ». De plus, ce qui suit pourrait également être reconnu comme un contenu non contrôlé comme décrit dans la déclaration de conformité partielle :

    1. C'est du contenu qui n'est pas contrôlé par l'auteur.

    2. C'est du contenu décrit de façon à être identifié par les utilisateurs (par exemple, on ne peut pas les décrire comme « toutes les parties que nous ne contrôlons pas » à moins qu'elles ne soient clairement marquées comme telles).

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Déclaration de conformité partielle - Langue".

Déclaration de conformité partielle - Langue

Une « déclaration de conformité partielle selon la langue » peut être faite lorsqu'une page n'est pas conforme et pourrait l'être si la compatibilité avec l'accessibilité était assurée pour toutes les langues utilisées dans la page. La déclaration s'énonce alors comme suit : « Cette page n'est pas conforme, mais serait conforme aux WCAG 2.0 au niveau X si la compatibilité avec l'accessibilité était assurée pour la (les) langue(s) suivante(s) : »

*** Ecrire vos commentaires de relecture dans le wiki pour le paragraphe suivant : lien vers la page de traduction du paragraphe "Glossaire".

Annexe A : Glossaire

Cette section est normative.

abréviation

forme abrégée d'un mot, d'une expression ou d'un nom lorsque l'abréviation ne fait pas encore partie de la langue courante

Note 1 : Ceci comprend les sigles et les acronymes formés à partir des initiales des mots où :

  1. les sigles sont une forme abrégée d'un nom ou d'une expression constituée des lettres initiales des mots ou des syllabes contenues dans ce nom ou cette expression.

    Note 1 : Ne sont pas définies dans toutes les langues.

    Exemple 1 : SNCF est le sigle de la Société nationale des chemins de fer français.

    Exemple 2 : ESP est le sigle, en anglais, de extrasensory perception, la perception extrasensorielle.

  2. les acronymes sont des abréviations formées à partir des premières lettres ou des parties d'autres mots (dans un nom ou une expression) et qui peuvent être prononcés comme un mot.

    Exemple : ONU est un acronyme constitué des premières lettres de Organisation des Nations unies.

Note 2 : Quelques sociétés ont adopté ce qui constituait un sigle ou un acronyme comme nom de leur société. Dans un tel cas, le nouveau nom de la société est constitué des lettres (par exemple, Ecma) et le mot n'est plus alors considéré comme une abréviation.

agent utilisateur

tout logiciel qui récupère et présente le contenu Web aux utilisateurs

Exemple : Les navigateurs Web, les lecteurs de média, les modules d'extensions et les autres programmes — dont les technologies d'assistance — qui aident à récupérer, restituer et interagir avec le contenu Web.

(texte) agrandi

avec au minimum 18 points ou 14 points gras ou une taille de caractère équivalente pour les polices chinoises, japonaises ou coréennes (CJK)

Note 1 : Les polices avec des traits extraordinairement fins ou des aspects et des caractéristiques inhabituels qui réduisent la reconnaissance de la forme des lettres sont plus difficiles à lire, spécialement à des niveaux de contrastes bas.

Note 2 : La taille de caractère est la taille lorsque le contenu est affiché. Cela n'inclut pas le redimensionnement qui pourrait être fait par l'utilisateur.

Note 3 : La taille réelle des caractères qu'un utilisateur voit est dépendante à la fois de la définition de la taille faite par l'auteur, du périphérique de restitution de l'utilisateur ou du paramétrage de l'agent utilisateur. Pour la majorité des polices de corps de texte, 14 et 18 points est sensiblement équivalent à 1.2 et 1.5 em ou à 120% et 150% de la taille par défaut du corps de texte (en considérant que la police de corps est à 100%), mais les auteurs seraient tenus de vérifier cela pour les polices particulières qui seraient utilisées. Quand les polices sont définies en unités relatives, la taille réelle du point est mesurée par l'agent utilisateur pour l'affichage. La taille d'un point doit être obtenue auprès de l'agent utilisateur ou calculée sur la même base de mesure que celle de l'agent utilisateur, lors de l'évaluation de ce critère de succès. Les utilisateurs qui ont une basse vision auront à choisir les paramètres appropriés.

Note 4 : Lors de l'utilisation de texte sans spécification de taille de caractère, la taille la plus petite utilisée dans les principaux navigateurs pour le texte dont la taille n'est pas spécifiée serait considérée comme une taille raisonnable pour la police. Si un titre de niveau 1 est restitué en 14pt gras ou plus sur les principaux navigateurs, alors il est raisonnable de considérer qu'il s'agit de texte agrandi. Le redimensionnement relatif peut être calculé de manière identique à partir de la taille par défaut.

Note 5 : La taille 18 ou 14 points pour les textes en alphabet latin est définie à partir de la taille minimum pour les grands caractères (14pt) et de la taille standard plus grande (18pt). Pour les autres polices telles que les langues CJK, les tailles « équivalentes » seraient la taille de grand caractère minimum utilisée pour ces langues et la taille de grands caractères plus grande suivante.

aide contextuelle

texte d'aide qui fournit des informations relative à la fonction actuellement utilisée

Note : Des étiquettes claires peuvent jouer le rôle d'aide contextuelle.

ambigu pour tout utilisateur

l'intention ne peut être déterminée à partir du lien et de toute l'information de la page Web présentée à l'utilisateur en même temps que ce lien. (c'est-à-dire qu'un lecteur sans handicap ne connaîtrait pas la fonction d'un lien avant de l'activer)

Exemple : Le mot goyave dans la phrase suivante utilisé comme lien : « L'une des exportations importantes est la goyave ». Ce lien pourrait conduire à une définition de la goyave, à un graphe présentant une liste des quantités de goyave exportées ou à une photo de gens récoltant la goyave. Jusqu'à ce que le lien soit activé, tout utilisateur est dans l'incertitude et une personne avec handicap n'est donc pas désavantagée.

art ASCII

dessin créé par une disposition spatiale de caractères ou glyphes (habituellement à partir des 95 caractères imprimables définis en ASCII)

audio

la technologie de reproduction des sons

Note : Le son peut être créé de façon synthétique (y compris la synthèse vocale), être enregistré à partir de sons réels ou les deux.

audio-description

narration ajoutée à une piste sonore pour décrire les détails visuels importants qui ne peuvent être compris à partir de la piste sonore principale seulement

Note 1 : L'audio-description d'une vidéo fournit de l'information à propos des actions, des personnages, des changements de scènes, du texte apparaissant à l'écran et d'autres contenus visuels.

Note 2 : Dans une audio-description standard, la narration est ajoutée durant les pauses qui existent dans le dialogue. (Voir aussi audio-description étendue.)

Note 3 : Lorsque toute l'information de la vidéo est déjà donnée dans la piste audio, aucune audio-description supplémentaire n'est requise.

Note 4 : Aussi nommée « vidéo-description » et « narration descriptive ».

audio-description étendue

audio-description ajoutée à une présentation audiovisuelle en mettant en pause la vidéo de manière à avoir le temps d'ajouter des descriptions supplémentaires

Note : Cette technique est utilisée seulement si le sens de la vidéo serait perdu sans audio-description supplémentaire et que les pauses entre les dialogues ou la narration sont trop courtes.

blocs de texte

plus d'une phrase de texte

CAPTCHA

sigle de « Completely Automated Public Turing test to tell Computers and Humans Apart » (test public de Turing entièrement automatique ayant pour but de distinguer les humains des ordinateurs)

Note 1 : Les tests de type CAPTCHA demandent souvent à l'utilisateur de taper un texte présenté dans une image ou un extrait audio déformés.

Note 2 : Un test de Turing est tout système de tests conçu pour distinguer un humain d'un ordinateur. Il est nommé en l'honneur du célèbre informaticien Alan Turing. Ce terme a été popularisé par les chercheurs du l'Université Carnegie Mellon. [CAPTCHA]

changements de contexte

changements majeurs dans le contenu d'une page Web qui, s'ils sont faits sans que l'utilisateur en soit conscient, peuvent désorienter l'utilisateur qui ne peut voir l'ensemble de la page en même temps

Les changements de contexte comprennent les changements de :

  1. agent utilisateur ;
  2. espace de restitution ;
  3. focus ;
  4. contenu qui modifie la signification de la page Web.

Note : Un changement de contenu n'est pas toujours un changement de contexte. Un changement dans le contenu comme le déploiement d'une arborescence, un menu dynamique ou un déplacement de tabulation ne change pas nécessairement le contexte à moins qu'il ne change aussi l'un des éléments énumérés ci-dessus (par exemple le focus).

Exemple : L'ouverture d'une nouvelle fenêtre, le déplacement du focus sur un composant différent, le déplacement vers une nouvelle page (y compris tout ce qui, pour l'utilisateur, aurait l'air d'un déplacement vers une autre page) ou la réorganisation significative du contenu d'une page sont autant d'exemples d'un changement de contexte.

clignotement

alternance entre deux états visuels d'une façon qui veut attirer l'attention

Note : Voir aussi flash. Il est possible que quelque chose soit suffisamment gros et clignote de façon suffisamment lumineuse à la fréquence appropriée pour être aussi considéré comme un flash.

compatible avec l'accessibilité

compatible avec les technologies d'assistance des utilisateurs ainsi qu'avec les fonctions d'accessibilité des navigateurs et des autres agents utilisateurs

Pour que l'utilisation d'une technologie Web (ou d'une fonctionnalité d'une technologie) soit considérée comme compatible avec l'accessibilité, les conditions 1 et 2 doivent toutes deux être respectées pour une technologie Web (ou pour une fonctionnalité d'une technologie) :

  1. La façon dont la technologie Web est utilisée doit être compatible avec les technologies d'assistance des utilisateurs. Cela signifie que la façon dont la technologie est utilisée a été testée dans une perspective d'interopérabilité avec des utilisateurs des technologies d'assistance dans la ou les langues du contenu ;

    ET

  2. La technologie Web doit fonctionner avec des agents utilisateurs qui sont compatibles avec l'accessibilité et qui sont à la disposition des utilisateurs. Cela signifie qu'au moins une des quatre affirmations suivantes est vraie :

    1. La technologie fonctionne de façon native dans des agents utilisateurs largement distribués qui sont eux-mêmes compatibles avec l'accessibilité (comme HTML et CSS) ;

      OU

    2. La technologie fonctionne avec un module d'extension largement distribué et qui est lui-même compatible avec l'accessibilité ;

      OU

    3. Le contenu est disponible dans un environnement fermé comme le réseau d'une université ou d'une entreprise où l'agent utilisateur requis par la technologie et utilisé par l'organisation est lui-même compatible avec l'accessibilité ;

      OU

    4. Les agents utilisateurs avec lesquels fonctionne la technologie sont compatibles avec l'accessibilité et sont disponibles en téléchargement ou à l'achat d'une façon qui :

      • ne coûte pas plus cher à une personne avec handicap qu'à une personne sans handicap et

      • est aussi facile à trouver et à obtenir par une personne avec handicap qu'elle l'est pour une personne sans handicap.

Note 1 : Le Groupe de travail des WCAG et le W3C ne précisent pas quel niveau de compatibilité avec les technologies d'assistance une technologie Web particulière doit avoir pour être considérée comme compatible avec l'accessibilité. (Voir le niveau de compatibilité avec les technologies d'assistance nécessaire à la «  compatibilité avec l'accessibilité  » (en anglais).)

Note 2 : Les technologies Web peuvent être utilisées d'une manière qui n'est pas compatible avec l'accessibilité tant que l'utilisation du contenu n'en dépend pas et que la page dans son ensemble satisfait aux exigences de conformité, incluant l'Exigence de conformité 4 : L'usage des technologies selon des méthodes exclusivement compatibles avec l'accessibilité et l'Exigence de conformité 5 : Non interférence sont satisfaites.

Note 3 : Quand une technologie Web est utilisée d'une manière qui est « compatible avec l'accessibilité », cela n'implique pas que toute la technologie ou que tous les usages de cette technologie sont compatibles. La plupart des technologies, y compris HTML, comportent une fonction ou un usage qui n'est pas compatible. Les pages sont conformes aux WCAG seulement si les usages de la technologie qui sont compatibles avec l'accessibilité sont les seuls dont dépend l'utilisation du contenu et que ces usages permettent de satisfaire aux exigences des WCAG.

Note 4 : Lorsqu'une technologie Web est citée et qu'elle se présente en plusieurs versions, la ou les versions compatibles devraient être spécifiées.

Note 5 : Pour les auteurs, une façon de repérer les usages d'une technologie qui sont compatibles avec l'accessibilité consisterait à consulter la compilation des usages qui sont documentés comme compatibles avec l'accessibilité. (Voir Comprendre les usages des technologies compatibles avec l'accessibilité (en anglais).) Les auteurs, les sociétés, les vendeurs de technologies ou n'importe qui d'autre peuvent documenter les usages des technologies qui sont compatibles avec l'accessibilité. Toutefois, tous les usages des technologies documentés devraient satisfaire à la définition des technologies Web compatibles avec l'accessibilité telle qu'elle est énoncée ci-dessus.

composant d'interface utilisateur

partie du contenu qui est perçue par les utilisateurs comme un élément de contrôle unique pour une fonction distincte

Note 1 : Plusieurs composants d'interface utilisateur peuvent être implémentés au sein d'un seul programme. La notion de composant n'est pas liée ici aux techniques de programmation, mais plutôt à ce que les utilisateurs perçoivent comme des éléments de contrôle distincts.

Note 2 : Les composants d'interface utilisateur incluent les éléments de formulaire et les liens aussi bien que des composants générés par scripts.

Exemple : Un microprogramme (applet) dispose d'un « élément de contrôle » permettant de se déplacer dans le contenu ligne par ligne, page par page ou au hasard. Puisque chacune de ces fonctions devrait avoir un nom et fonctionner indépendamment, elles constitueraient chacune un « composant d'interface utilisateur ».

conformité

satisfaire à toutes les exigences d'une norme ou d'un standard donné, d'une règle ou d'une spécification

contenu additionnel

contenu supplémentaire illustrant ou clarifiant le contenu primaire

Exemple 1 : La version audio d'une page Web.

Exemple 2 : L'illustration d'un processus complexe.

Exemple 3 : Un paragraphe résumant les principales conclusions et recommandations d'un rapport de recherche.

contenu non textuel

tout contenu qui n'est pas une suite de caractères déterminée par un programme informatique ou suite de caractères sans signification dans aucune langue

Note : Ceci inclut l'art ASCII (qui est un dessin à base de caractères), les émoticônes, l'écriture « leetspeak » (qui utilise la substitution de caractères) et les images représentant du texte.

contenu Web

information et expérience sensorielle à communiquer à l'utilisateur au moyen d'un agent utilisateur, y compris le code ou le balisage qui définit la structure, la présentation et les interactions du contenu

contexte du lien déterminé par un programme informatique

information supplémentaire qui peut être déterminée par un programme informatique à partir des relations avec un lien, combinée avec le texte du lien et présentée aux utilisateurs sous différentes formes

Exemple : En HTML, l'information qui est déterminée par un programme informatique à partir d'un lien en français, y compris le texte qui est dans le même paragraphe, la même liste ou la même cellule de tableau que le lien, ou une cellule d'en-tête de tableau associée avec la cellule contenant le lien.

Note : Puisque les lecteurs d'écran interprètent la ponctuation, ils peuvent aussi fournir le contexte de la phrase en cours, lorsque le focus est sur le lien contenu dans cette phrase.

contrôlable par l'utilisateur

donnée auxquelles les utilisateurs ont accès

Note : Ceci ne concerne pas les journaux de connexions (logs) Internet et les données de supervision des moteurs de recherche.

Exemple : Les champs nom et adresse d'un compte utilisateur.

dans une fenêtre plein écran

sur les écrans d'ordinateur de bureau ou portable de taille courante dont l'espace de restitution est maximisé

Note : Du fait que les gens gardent leurs ordinateurs pendant plusieurs années, il est conseillé de ne pas se baser sur les dernières résolutions d'écrans des ordinateurs de bureau ou portable, mais de prendre en considération la plus représentative des résolutions d'écrans durant une période de plusieurs années précédant cette évaluation.

défini par programmation

défini par un logiciel utilisant des méthodes qui fonctionnent avec les agents utilisateur, y compris les technologies d'assistance

dépendre (technologies)

le contenu ne serait pas conforme si cette technologie est inactivée ou si elle n'est pas compatible

destination du lien

Nature d'un résultat obtenu par l'activation d'un lien

déterminé (déterminable) par un programme informatique

déterminé par un programme à partir de données fournies par l'auteur d'une manière qui permet aux agents utilisateur, y compris aux technologies d'assistance, d'extraire et de présenter cette information aux utilisateurs sous différentes formes

Exemple 1 : Déterminé dans un langage de balisage à partir d'éléments et d'attributs auxquels on accède grâce aux technologies d'assistance couramment disponibles.

Exemple 2 : Déterminé grâce à des structures de données spécifiques d'une technologie pour un langage non-balisé et exposée aux technologies d'assistance via une API d'accessibilité aux technologies d'assistance couramment disponibles.

en direct

information captée depuis un événement du monde réel et transmis à un récepteur sans autre délai que celui de la diffusion

Note 1 : Le délai de diffusion est un court délai souvent automatisé, utilisé par exemple pour permettre aux diffuseurs de mettre en liste d'attente ou de censurer le flux sonore (ou vidéo), mais insuffisant pour permettre un montage significatif.

Note 2 : Si l'information est totalement générée par ordinateur il ne s'agit pas d'information en direct.

engagements juridiques

transactions par lesquelles la personne contracte une obligation ou reçoit un bénéfice de nature juridique

Exemple : Un contrat de mariage, un échange d'actions (financier et juridique), un legs, un prêt, une adoption, un enrôlement dans l'armée, un contrat de tout type, etc.

enseignement primaire

période de six ans qui commence entre l'âge de 5 et 7 ans, sans forcément d'antécédents d'éducation

Note : Cette définition se fonde sur la norme de Classification internationale type de l'éducation de l'[UNESCO].

ensemble de pages Web

groupe de pages Web partageant un objectif commun et créées par le même auteur, groupe ou organisation

Note : Différentes versions linguistiques seraient considérées comme des ensembles de pages Web distincts.

équivalent textuel

Texte associé par programmation à un contenu non textuel ou dont il est fait mention depuis un texte associé par programmation à un contenu non textuel. Un texte associé par programmation est un texte dont l'emplacement peut être déterminé par programmation depuis le contenu non textuel.

Exemple : L'image d'un graphique est décrite textuellement dans le paragraphe suivant le graphique. Le bref équivalent textuel du graphique indique que la description suit celui-ci.

Note : Se référer à Comprendre les équivalents textuels (en anglais) pour plus d'informations.

erreur de saisie

information fournie par l'utilisateur qui n'est pas acceptée

Note : cela inclut :

  1. L'information qui est demandée par la page Web mais oubliée par l'utilisateur.

  2. L'information qui est fournie par l'utilisateur mais qui ne correspond pas au format ou aux valeurs des données attendus.

espace de restitution

objet au sein duquel l'agent utilisateur présente du contenu

Note 1 : L'agent utilisateur présente le contenu au travers d'un ou plusieurs dispositifs de restitution. Les dispositifs de restitution peuvent être des fenêtres, des cadres, des haut-parleurs et des loupes virtuelles. Un dispositif de restitution peut contenir lui-même un autre dispositif de restitution (par exemple, des cadres imbriqués). Les composants d'interface créés par l'agent utilisateur, tels que des invites de commandes, des menus et des alertes ne sont pas des dispositifs de restitution.

Note 2 : Cette définition est fondée sur Glossaire des règles pour l'accessibilité des agents utilisateurs 1.0 (en anglais).

essentiel(le)

élément qui changerait fondamentalement les informations ou les fonctionnalités du contenu s'il était supprimé et informations et fonctionnalités qui ne pourraient être restituées autrement d'une manière conforme

étiquette

texte ou autre composant avec un équivalent textuel qui est restitué à l'utilisateur pour permettre d'identifier un composant dans un contenu Web

Note 1 : Une étiquette est présentée à tous les utilisateurs alors que le nom peut être masqué et seulement restitué par une technologie d'assistance. Dans de nombreux cas (mais pas tous) le nom et l'étiquette sont identiques.

Note 2 : Le terme étiquette n'est pas limité à l'élément label en HTML.

événement en temps réel

événement qui a) se produit en même temps que la visualisation et b) n'est pas entièrement généré par le contenu

Exemple 1 : Une diffusion Web d'une représentation en direct (qui se produit en même temps que la visualisation et qui n'est pas pré-enregistrée).

Exemple 2 : Des enchères en ligne avec des gens qui enchérissent (avec une visualisation en direct).

Exemple 3 : Des humains interagissant dans un monde virtuel grâce à des avatars (qui ne sont pas entièrement générés par le contenu et qui se produisent en même temps que la visualisation).

expérience sensorielle spécifique

une expérience sensorielle qui n'est pas purement décorative et dont l'objectif premier n'est pas de transmettre une information importante ou d'accomplir une fonction

Exemple : On compte parmi les exemples un morceau de flûte solo, des œuvres d'art visuel, etc.

expression idiomatique

phrase dont le sens ne peut être déduit du sens des mots qui la composent et dont les mots spécifiques ne peuvent être changés sans en perdre le sens

Note : Les expressions idiomatiques ne peuvent être traduites littéralement sans perdre leur sens (culturelle ou linguistique).

Exemple 1 : En anglais, « spilling the beans » signifie « révéler un secret ». Cependant, « knocking over the beans » ou « spilling the vegetables » ne signifie pas la même chose.

Exemple 2 : En japonais, la phrase « さじを投げる » se traduit littéralement par « il jette une cuillère » mais cela signifie qu'il n'y a rien qu'il puisse faire et que finalement il abandonne.

Exemple 3 : En néerlandais, « Hij ging met de kippen op stok » se traduit littéralement par « il est allé rôtir avec les poulets » mais cela signifie qu'il est allé au lit tôt.

flash

alternance de luminosités relatives qui peuvent causer des crises chez certaines personnes si leur taille est suffisamment importante dans une gamme de fréquences spécifiques

Note 1 : Voir seuil générique de clignotement et seuil de clignotement rouge pour plus d'informations sur les types de flashs qui ne sont pas autorisés.

Note 2 : Voir aussi clignotement.

fonctionnalité

processus et résultats atteignables par une action de l'utilisateur

fonctionnalité similaire

produit le même résultat à l'utilisation

Exemple : Un bouton « rechercher » sur une page Web et un bouton « trouver » sur une autre peuvent tous les deux proposer un champ pour saisir un terme et lister les sujets présents dans le site et pertinents par rapport au terme soumis. Dans ce cas, ils offrent la même fonctionnalité mais ne sont pas nommés à l'identique.

informatif, informative

Dans un but d'informations complémentaires et non exigé pour la conformité

Note : Le contenu exigé pour la conformité est indiqué comme « normatif ».

interface clavier

interface utilisée par un logiciel pour obtenir une saisie au clavier

Note 1 : Une interface clavier permet aux utilisateurs de fournir aux programmes une saisie au clavier même si la technologie native ne comporte pas de clavier.

Exemple : Un assistant numérique personnel (PDA) à écran tactile possède une interface clavier intégrée à son système d'exploitation et un connecteur pour des claviers externes. Les applications dans le PDA peuvent utiliser l'interface pour obtenir une saisie au clavier externe ou par d'autres applications qui simulent une sortie clavier comme les interpréteurs d'écriture manuscrite ou les applications de transcription vocale en texte avec des fonctionnalités « d'émulation clavier ».

Note 2 : L'utilisation d'une application (ou de parties d'une application) à travers un pointeur souris dirigé au clavier, comme MouseKeys, ne constitue pas une opération réalisée au travers d'une interface clavier car l'utilisation du programme passe par l'interface de pointage et non pas par l'interface clavier.

interprétation en langue des signes

traduction d'une langue, généralement parlée, en langue des signes

Note : Les véritables langues des signes sont des langues indépendantes qui ne sont pas attachées à la langue parlée de la même région ou du même pays.

jargon

termes utilisés par les personnes d'une façon particulière dans un domaine particulier

Exemple : Les termes « touches rémanentes » sont du jargon du domaine des technologies d'assistance.

langue

langue qui est parlée, écrite ou signée (à l'aide des signes visuels ou tactiles) pour communiquer avec les humains

Note : Voir aussi langue des signes.

langue des signes

un langage employant des combinaisons de mouvements des mains et des bras, des expressions faciales ou des positions corporelles pour transmettre du sens

luminosité relative

luminosité relative d'un quelconque point de l'espace colorimétrique normalisé à 0 pour le noir le plus foncé et à 1 pour le blanc le plus clair

Note 1 : Pour l'espace colorimétrique de couleur sRGB, la luminance relative d'une couleur est définie par L = 0,2126 * R + 0,7152 * G + 0,0722 * BR, G and B sont définis par :

  • si RsRGB <= 0,03928 alors R = RsRGB/12,92 sinon R = ((RsRGB+0,055)/1,055) ^ 2,4

  • si GsRGB <= 0,03928 alors --G = GsRGB/12,92 sinon G = ((GsRGB+0,055)/1,055) ^ 2,4

  • si BsRGB <= 0,03928 alors B = BsRGB/12.92 sinon B = ((BsRGB+0,055)/1,055) ^ 2,4

et RsRGB, GsRGB et BsRGB sont définis par :

  • RsRGB = R8bit/255

  • GsRGB = G8bit/255

  • BsRGB = B8bit/255

Le caractère "^" est l'opérateur exponentiel. (formules tirées de [sRGB] et [IEC-4WD]).

Note 2 : La plupart des systèmes utilisés aujourd'hui pour afficher le contenu Web adoptent l'encodage sRGB. À moins que l'on sache qu'un autre espace colorimétrique va être utilisé pour traiter et afficher le contenu, les auteurs devraient l'évaluer en utilisant l'espace colorimétrique sRGB. Si l'on utilise d'autres espaces colorimétriques, voir Comprendre le critère de succès 1.4.3 (en anglais).

Note 3 : Si un tramage est effectué après l'affichage, alors la valeur source de la couleur est utilisée. Pour les couleurs tramées à la source, les valeurs moyennes des couleurs qui sont tramées devraient être utilisées (R moyen, G moyen, B moyen).

Note 4 : Il existe des outils qui effectuent automatiquement les calculs lors des tests de contraste et de flash.

Note 5 : Une version MathML de la définition de la luminosité relative est disponible.

mécanisme

processus ou technique pour obtenir un résultat

Note 1 : Le mécanisme peut être explicitement fourni par le contenu ou dépendre de la plateforme ou de l'agent utilisateur, y compris les technologies d'assistance.

Note 2 : Le mécanisme doit satisfaire à tous les critères de succès (d'un niveau donné) pour déclarer un niveau de conformité.

média de remplacement pour un texte

média qui ne donne pas plus d'information que ce que donne le texte (directement ou via un équivalent textuel)

Note : Une version de remplacement pour un texte est fournie à ceux qui bénéficient de représentations équivalentes du texte. Les versions de remplacement de texte peuvent n'être que seulement audio, que seulement vidéo (y compris la vidéo en langue des signes) ou audio-vidéo.

média synchronisé

flux audio ou vidéo synchronisé avec un autre format pour présenter de l'information et/ou comportant des composants temporels interactifs, à moins que le média soit un média de remplacement pour un texte clairement identifiée comme telle

même ordre relatif

même position relativement aux autres éléments

Note : Plusieurs éléments sont considérés être dans le même ordre relatif même si d'autres éléments sont insérés ou retirés de l'ordre original. Par exemple, des menus de navigation extensibles peuvent intégrer un niveau de détail additionnel, une section de navigation secondaire peut être insérée dans l'ordre de lecture.

mis en pause

arrêté par une action de l'utilisateur et relancé seulement sur demande de l'utilisateur

nom

texte grâce auquel un logiciel peut identifier pour l'utilisateur un composant du contenu Web

Note 1 : Le nom peut être caché et présenté seulement aux technologies d'assistance, alors qu'une étiquette est présentée à tous les utilisateurs. Dans de nombreux cas (mais pas dans tous), l'étiquette et le nom sont identiques.

Note 2 : Celui-ci n'a pas de lien avec l'attribut HTML name.

normatif

exigé pour la conformité

Note 1 : Il est possible d'être en conformité stricte avec ce document de nombreuses manières bien définies.

Note 2 : Le contenu identifié comme « informatif » ou « non-normatif » n'est jamais exigé pour la conformité.

ordre de lecture correct

tout ordre séquentiel où les mots et les paragraphes sont présentés dans un ordre qui ne modifie pas la signification du contenu

page Web

une ressource autonome obtenue depuis un URI unique grâce au protocole HTTP, accompagnée de toutes les autres ressources utilisées dans la restitution ou conçues pour être restituées simultanément par un agent utilisateur

Note 1 : Bien que toutes les « autres ressources » seraient restituées avec la ressource primaire, elles ne sont pas nécessairement restituées simultanément.

Note 2 : À des fins de conformité avec ces règles, une ressource doit être autonome à l'intérieur du périmètre de conformité pour être considérée comme une page Web.

Exemple 1 : Une ressource Web incluant toutes les images et médias liés.

Exemple 2 : Un programme Web de courrier électronique (Webmail) développé à l'aide d'AJAX (Asynchronous JavaScript and XML, JavaScript asynchrone et XML). Le programme réside intégralement à l'adresse http://exemple.com/mail, mais comprend une boîte de réception, un carnet d'adresses et un calendrier. Des liens et des boutons permettent d'afficher la boîte de réception, les contacts ou le calendrier, mais ne changent pas globalement l'URI de la page.

Exemple 3 : Un site portail personnalisable, dans lequel les utilisateurs peuvent choisir le contenu à afficher à partir d'un ensemble de modules de contenu.

Exemple 4 : Quand on saisit « http://shopping.exemple.com/ » dans son navigateur, on entre dans un environnement commercial animé et interactif dans lequel on se déplace visuellement dans une boutique, retirant les produits directement depuis les rayons pour les placer dans un panier d'achat face à soi. Cliquer sur un produit déclenche une démonstration avec la fiche technique juste à côté. Cela peut être un site Web à page unique ou simplement une page à l'intérieur d'un site Web.

parcouru de façon séquentielle

parcouru dans l'ordre défini par le déplacement du focus (d'un élément à l'autre) en utilisant une interface clavier

personnalisé visuellement

la police, la taille, la couleur et le fond sont paramétrables

pré-enregistré

information qui n'est pas diffusée en direct

premier cycle de l'enseignement secondaire

les deux ou trois années de scolarité qui commencent après six ans environ d'enseignement primaire et qui se terminent après neuf ans environ de scolarisation depuis le début de l'enseignement primaire

Note : Cette définition se fonde sur la norme de Classification internationale type de l'éducation de l'[UNESCO].

présentation

rendu du contenu sous une forme perceptible par l'utilisateur

processus

séries d'actions de l'utilisateur dont l’enchaînement est nécessaire à l'accomplissement d'une tâche

Exemple 1 : Utilisation réussie par l'utilisateur, sur un site de vente, d'un enchaînement de pages Web permettant de voir différents produits, des prix et des offres, de sélectionner des produits, de soumettre une commande, de fournir les informations d'envoi et de paiement.

Exemple 2 : Une page permettant de créer un compte utilisateur nécessitant l'accomplissement d'un test de Turing avant de pouvoir accéder à cette page de formulaire de création de compte.

purement décoratif

utilisé seulement dans un but esthétique, ne fournissant aucune information et n'ayant aucune fonctionnalité

Note : Un texte est purement décoratif si les mots peuvent être réarrangés ou remplacés sans changer leur raison d'être.

Exemple : La page couverture d'un dictionnaire présente un arrière-plan estompé et constitué de mots choisis au hasard.

rapport de contraste

(L1 + 0,05) / (L2 + 0,05), où

Note 1 : Le rapport de contraste peut varier de 1 à 21 (communément écrit 1:1, 1 pour 1, à 21:1, 21 pour 1).

Note 2 : Étant donné que les auteurs ne contrôlent pas la configuration de l'utilisateur concernant le rendu du texte (par exemple le lissage de police ou l'anti-crénelage), le rapport de contraste du texte peut être évalué en désactivant l'anti-crénelage.

Note 3 : En ce qui concerne les critères de succès 1.4.3 et 1.4.6, le contraste est mesuré en tenant compte de l'arrière-plan sur lequel le texte est normalement affiché. Si aucune couleur d'arrière-plan n'est spécifiée, il est considéré comme blanc.

Note 4 : La couleur d'arrière-plan est la couleur spécifiée du contenu sur lequel le texte est normalement affiché. Il est considéré comme un erreur de ne pas définir une couleur d'arrière-plan lorsque la couleur du texte est spécifiée, parce que la couleur d'arrière-plan de l'utilisateur est inconnue et ne peut donc pas être évaluée pour vérifier si le contraste est suffisant. Pour la même raison, il est aussi considéré comme une erreur de ne pas définir la couleur du texte lorsqu'une couleur d'arrière-plan est spécifiée.

Note 5 : Lorsqu'il y a une bordure autour de la lettre, la bordure peut augmenter le contraste et serait utilisée dans le calcul du contraste entre la lettre et son arrière-plan. La couleur d'une bordure étroite autour de la lettre serait utilisée à la place de la lettre. Une bordure large autour de la lettre qui remplit l'espace dans lequel se découpe le détail de la lettre agit comme un halo et serait considérée comme un arrière-plan.

Note 6 : La conformité aux WCAG devrait être évaluée pour les paires de couleurs spécifiées dans le contenu qu'un auteur s'attendrait à voir apparaître de façon adjacente dans une présentation habituelle. Les auteurs n'ont pas besoin de prendre en considération les présentations inhabituelles comme les changements de couleurs faits par l'agent utilisateur sauf si ces changements sont provoqués par le code de l'auteur.

relations

associations significatives entre des parties distinctes du contenu

rôle

texte ou nombre par lequel un logiciel peut identifier la fonction d'un composant dans du contenu Web

Exemple : Un nombre qui indique si une image sert d'hyperlien, de bouton de commande ou de case à cocher.

satisfait à un critère de succès

le critère de succès ne se révèle pas « faux » lors de l'évaluation de la page

section

une portion autonome de contenu écrit qui traite d'un ou plusieurs sujets ou idées liés entre eux

Note : Une section peut consister en un ou plusieurs paragraphes et inclure des graphiques, des tableaux, des listes et des sous-sections.

seuil de flash générique et seuil de flash rouge

un flash ou une séquence d'images changeant rapidement est en dessous du seuil de clignotement (c'est-à-dire que le contenu est conforme) si l'une des conditions suivantes est satisfaite :

  1. il n'y a pas plus de trois flashs génériques et pas plus de trois flashs rouges par seconde ; ou

  2. la surface d'affichage combinée des flashs simultanés ne représente pas plus de 0,006 stéradian dans chaque champ visuel de 10 degrés sur l'écran (soit 25% de chaque champ visuel de 10 degrés sur l'écran) à une distance habituelle de visualisation

où :

  • un flash générique est défini comme une alternance de luminosité relative de 10% ou plus par rapport à la luminosité relative maximum, où la luminosité relative de l'image la plus sombre est en dessous de 0,80 et où « une alternance » est définie comme étant une augmentation suivie d'une diminution ou une diminution suivie d'une augmentation, et

  • un flash rouge est défini comme toutes alternances de transitions impliquant un rouge saturé.

Exception : Le flash qui suit un modèle précis et équilibré comme du bruit blanc ou un modèle de damier alterné avec des « carrés » dont les côtés font moins de 0,1 degré (du champ visuel à une distance habituelle de visualisation) ne dépasse pas le seuil de clignotement.

Note 1 : Pour les logiciels ou le contenu Web, un rectangle de 341 x 256 pixels n'importe où sur la surface d'affichage de l'écran, quand la résolution est à 1024 x 768 pixels, fournit une bonne estimation de ce que représente 10 degrés du champ visuel sur l'écran pour un écran et une distance habituelle de visualisation (par exemple des écrans de 15 à 17 pouces à une distance de 22 à 26 pouces). (Un affichage à une résolution supérieure du même contenu produirait des images plus petites et plus sûres, c'est pourquoi des résolutions inférieures sont utilisées pour définir le seuil.)

Note 2 : Une transition est le changement de luminosité relative (ou de luminosité relative ou de couleur pour le flash rouge) entre les pics et les creux adjacents dans un ensemble de mesures de luminosité relative (ou de luminosité relative ou de couleur pour le flash rouge) dans un temps donné. Un flash est constitué de deux transitions opposées.

Note 3 : la définition de travail actuelle dans le domaine pour « deux transitions opposées de rouge saturé » est : pour chacun ou tous les états impliqués dans chacune des transitions, R/(R+ G + B) >= 0,8, et le changement dans la valeur de (R-G-B)x320 est > 20 (les valeurs négatives de (R-G-B)x320 sont considérées comme nulles) pour chacune des transitions. Les valeurs R, G, B se classent entre 0 et 1 tel que spécifié dans la définition de « luminosité relative ». [HARDING-BINNIE]

Note 4 : des outils sont disponibles pour effectuer l'analyse depuis des captures vidéos. Cependant, aucun outil n'est nécessaire pour évaluer cette condition si le flash (clignotement ?) est inférieur ou égal à 3 flashs (clignotements?) par seconde. Le contenu est automatiquement conforme (voir #1 et #2 au dessus).

seulement audio

une présentation temporelle qui contient seulement de l'audio (sans vidéo ni interaction)

seulement vidéo

une présentation temporelle qui ne contient que de la vidéo (aucun flux audio ni aucune interaction)

sous-titres

visuel synchronisé ou équivalent textuel pour l'information audio avec ou sans parole nécessaire à la compréhension du contenu d'un média

Note 1 : Les sous-titres (en anglais captions) sont similaires à ceux qui sont utilisés seulement pour les dialogues (en anglais subtitles) sauf que les sous-titres ne communiquent pas seulement le contenu des dialogues parlés mais aussi des équivalents pour les informations audio autres que le dialogue et nécessaires à la compréhension du contenu du programme, y compris les effets sonores, la musique, les rires, l'identification et le positionnement des interlocuteurs.

Note 2 : Les sous-titres codés sont de la même espèce mais peuvent être activés ou désactivés dans certains lecteurs multimédia.

Note 3 : Les sous-titres visibles sont des sous-titres qui ne peuvent être désactivés. Par exemple, si les sous-titres sont un équivalent visuel en texte sous forme d'image intégré à la vidéo.

Note 4 : Les sous-titres ne devraient pas masquer l'information pertinente de la vidéo, même partiellement.

Note 5 : Dans certaines langues comme l'anglais on distingue entre « caption » et « subtitles », le terme « caption » étant parfois traduit en français par sous-titres pour malentendants.

Note 6 : L'audio-description peut aussi être sous-titrée, mais n'a pas besoin de l'être, étant donné qu'il s'agit d'une description d'information qui est déjà présentée visuellement.

structure
  1. La manière dont les parties d'une page Web sont organisées entre elles ; et

  2. La manière dont un groupe de pages Web est organisé

technologie d'assistance (tel qu'utilisé dans ce document)

matériel ou logiciel qui agit comme agent utilisateur ou simultanément avec un agent utilisateur usuel afin de fournir des fonctionnalités répondant aux besoins des utilisateurs avec handicaps, fonctionnalités qui vont au-delà de celles qui sont offertes par les agents utilisateurs usuels

Note 1 : Les fonctionnalités fournies par les technologies d'assistance comprennent des présentations de remplacement (par exemple de la synthèse vocale ou du contenu agrandi), des méthodes de saisie alternatives (par exemple la voix), des mécanismes de navigation ou d'orientation supplémentaires et des transformations de contenu (par exemple pour rendre un tableau plus accessible).

Note 2 : Les technologies d'assistance communiquent souvent les données et les messages aux agents utilisateurs usuels en utilisant et en surveillant le fonctionnement d'une API (interface de programmation).

Note 3 : La distinction entre agent utilisateur usuels et technologie d'assistance n'est pas absolue. Plusieurs agents utilisateurs usuels comportent des fonctions d'assistance aux utilisateurs avec handicaps. La principale différence est que ces agents utilisateurs usuels visent un public large et diversifié qui comprend des personnes avec et sans handicaps. Les technologies d'assistance visent des populations plus restreintes d'utilisateurs ayant des handicaps particuliers. L'assistance fournie par une technologie d'assistance est plus spécifique et appropriée aux besoins des utilisateurs visés. Un agent utilisateur usuel peut comporter des fonctionnalités importantes pour les technologies d'assistance comme l'extraction du contenu Web à partir d'objets de programmation ou l'analyse syntaxique du balisage par paquets identifiables.

Exemple : Les technologies d'assistance qui sont importantes dans le contexte du présent document comprennent les technologies suivantes :

  • les agrandisseurs d'écran et les autres assistants de lecture visuelle qui sont utilisés par les personnes ayant des difficultés de vision, de perception ou d'accès physique à l'imprimé pour modifier la police de caractères, la taille, l'espacement, la couleur, la synchronisation avec la synthèse vocale, etc. dans le but d'améliorer la lisibilité visuelle du rendu des textes et des images ;

  • les lecteurs d'écran qui sont utilisés par les personnes aveugles pour lire l'information textuelle en synthèse vocale ou en braille ;

  • les logiciels de conversion du texte en parole qui sont utilisés par certaines personnes ayant des incapacités cognitives, du langage et des difficultés d'apprentissage pour convertir le texte en synthèse vocale ;

  • les logiciels de reconnaissance vocale qui peuvent être utilisés par les personnes ayant certains handicaps physiques ;

  • des claviers de remplacement qui sont utilisés par des personnes ayant certains handicaps physiques pour simuler le clavier (y compris des claviers de remplacement qui utilisent des pointeurs de tête, des commutateurs simples, des dispositifs d'aspiration/expiration et d'autres dispositifs spéciaux d'aide à la saisie ;

  • des dispositifs de pointage adaptés qui sont utilisés par des personnes ayant certains handicaps physiques pour simuler le pointeur de la souris et l'activation des boutons.

technologie Web

mécanisme pour encoder les instructions devant être restituées, jouées ou exécutées par les agents utilisateurs

Note 1 : Tel qu'employés dans ces règles, l'expression « technologie Web » et le mot « technologie » (utilisé seul) désignent les technologies relatives aux contenus Web.

Note 2 : Les technologies relatives aux contenus Web comprennent les langages de balisage, les formats de données ou les langages de programmation que les auteurs sont amenés à utiliser seuls ou combinés pour créer des expériences pour l'utilisateur final qui vont de pages Web statiques jusqu'à des présentations multimédia synchronisées, en passant par des applications Web dynamiques.

Exemple : On compte parmi les exemples les plus fréquents de technologies Web : HTML, CSS, SVG, PNG, PDF, Flash et JavaScript.

texte

séquence de caractères pouvant être déterminée par un programme informatique et exprimant quelque chose dans une langue donnée

texte sous forme d'image

texte qui est restitué sous une forme non textuelle (par exemple une image) dans le but de permettre un effet visuel particulier

Note : Cela n'inclut pas le texte qui est une partie d'une image qui contient d'autres contenus visuels signifiant.

Exemple : Le nom d'une personne sur un badge dans une photographie.

urgence

un événement ou une situation soudaine et imprévue qui exige une action immédiate afin de préserver la santé, la sécurité ou la propriété

utilisé de manière inhabituelle ou de façon limitée

mots employés de telle manière qu'ils obligent les utilisateurs à savoir exactement quelle définition appliquer afin de comprendre correctement le contenu

Exemple : Le terme « mémoire » possède une signification différente dans une conversation universitaire de celle qu'il peut avoir dans un article consacré au stockage informatique, mais la définition pertinente peut être déduite du contexte. À l'inverse, le mot « texte » est utilisé de manière très spécifique dans les WCAG 2.0, à tel point qu'une définition figure dans le glossaire.

version de remplacement conforme

version qui

  1. se conforme au niveau déterminé et

  2. fournit toutes les informations similaires et les mêmes fonctionnalités dans la même langue et

  3. est aussi à jour que le contenu non conforme et

  4. pour laquelle au moins l'une des affirmations suivantes est vraie :

    1. la version conforme peut être atteinte à partir de la page non conforme via un mécanisme compatible avec l'accessibilité ou

    2. la version non conforme peut être atteinte seulement à partir de la version conforme ou

    3. la version non conforme peut être atteinte seulement à partir d'une page conforme qui fournit aussi un mécanisme pour atteindre la version conforme.

Note 1 : Dans cette définition, « peut être atteinte seulement » signifie qu'il y a un mécanisme comme une redirection conditionnelle, qui empêche un utilisateur « d'atteindre » (de charger) la page non conforme à moins que l'utilisateur ne vienne justement de la version conforme de cette même page.

Note 2 : La version de remplacement n'a pas besoin d'être appariée page par page avec la version originale (par exemple la version de remplacement conforme peut se présenter en plusieurs pages).

Note 3 : Si des versions sont proposées dans plusieurs langues, une version de remplacement conforme est donc requise pour chacune de ces langues.

Note 4 : Des versions de remplacement peuvent aussi être fournies afin d'accommoder différents environnements technologiques ou différents groupes d'utilisateurs. Chaque version devrait être aussi conforme que possible. Une version devrait être entièrement conforme afin de satisfaire à l'exigence de conformité 1.

Note 5 : La version de remplacement conforme n'a pas besoin d'être située dans le périmètre de conformité ni même sur le même site Web tant qu'elle est aussi librement disponible que la version non conforme.

Note 6 : Une version de remplacement ne devrait pas être confondue avec un contenu additionnel qui s'ajoute à la page originale pour en améliorer la compréhension.

Note 7 : Permettre la configuration des préférences de l'utilisateur à l'intérieur du contenu afin de produire une version conforme est un mécanisme acceptable pour atteindre une autre version tant que la méthode utilisée pour configurer les préférences est compatible avec l'accessibilité.

Voir Comprendre Version de remplacement conforme (en anglais)

version de remplacement pour un média temporel

document renfermant dans un ordre correct une description des contenus visuels et sonores d'un média temporel et fournissant un moyen de réaliser les effets de toute interaction temporelle

Note : Un scénario utilisé pour créer le contenu d'un média synchronisé serait conforme à cette définition seulement s'il a été corrigé afin de représenter fidèlement la version finale du média synchronisé après édition.

vidéo

vidéo la technologie des images ou photos en mouvement ou en séquence

Note : Une vidéo peut être constituée d'images fixes ou animées ou des deux.

Annexe B : Remerciements

Cette section est informative.

Cette publication a été en partie financée par des fonds du gouvernement fédéral des États-Unis du ministère de l'éducation, de l'Institut National pour la recherche sur les handicaps et la réadaptation (Institute on Disability and Rehabilitation Research (NIDRR)) sous le numéro de référence ED05CO0039. Le contenu de cette publication ne reflète pas nécessairement les avis ou politiques du ministère américain de l'éducation, la mention de noms de marques, de produits commerciaux ou d'organismes ne signifie pas non plus qu'ils ont été approuvés par le gouvernement des États-Unis.

Des informations supplémentaires à propos de la participation au groupe de travail des règles pour l'accessibilité des contenus Web (WCAG WG) sont consultables sur la page d'accueil du groupe de travail (en anglais).

Participants actifs dans le groupe de travail des WCAG au moment de la publication

  • Bruce Bailey (U.S. Access Board)

  • Frederick Boland (NIST)

  • Ben Caldwell (Trace R&D Center, Université du Wisconsin)

  • Sofia Celic (expert invitée du W3C)

  • Michael Cooper (W3C)

  • Roberto Ellero (association Internationale des Webmasters / HTML Writers Guild)

  • Bengt Farre (Rigab)

  • Loretta Guarino Reid (Google)

  • Katie Haritos-Shea

  • Andrew Kirkpatrick (Adobe)

  • Drew LaHart (IBM)

  • Alex Li (SAP AG)

  • David MacDonald (E-Ramp Inc.)

  • Roberto Scano (International Webmasters Association / HTML Writers Guild)

  • Cynthia Shelly (Microsoft)

  • Andi Snow-Weaver (IBM)

  • Christophe Strobbe (DocArch, K.U.Leuven)

  • Gregg Vanderheiden (Trace R&D Center, Université du Wisconsin)

Anciens participants dans le groupe de travail des WCAG et autres contributeurs

Shadi Abou-Zahra, Jim Allan, Jenae Andershonis, Avi Arditti, Aries Arditi, Mike Barta, Sandy Bartell, Kynn Bartlett, Marco Bertoni, Harvey Bingham, Chris Blouch, Paul Bohman, Patrice Bourlon, Judy Brewer, Andy Brown, Dick Brown, Doyle Burnett, Raven Calais, Tomas Caspers, Roberto Castaldo, Sambhavi Chandrashekar, Mike Cherim, Jonathan Chetwynd, Wendy Chisholm, Alan Chuter, David M Clark, Joe Clark, James Coltham, James Craig, Tom Croucher, Nir Dagan, Daniel Dardailler, Geoff Deering, Pete DeVasto, Don Evans, Neal Ewers, Steve Faulkner, Lainey Feingold, Alan J. Flavell, Nikolaos Flo ratos, Kentarou Fukuda, Miguel Garcia, P.J. Gardner, Greg Gay, Becky Gibson, Al Gilman, Kerstin Goldsmith, Michael Grade, Jon Gunderson, Emmanuelle Gutiérrez y Restrepo, Brian Hardy, Eric Hansen, Sean Hayes, Shawn Henry, Hans Hillen, Donovan Hipke, Bjoern Hoehrmann, Chris Hofstader, Yvette Hoitink, Carlos Iglesias, Ian Jacobs, Phill Jenkins, Jyotsna Kaki, Leonard R. Kasday, Kazuhito Kidachi, Ken Kipness, Marja-Riitta Koivunen, Preety Kumar, Gez Lemon, Chuck Letourneau, Scott Luebking, Tim Lacy, Jim Ley, William Loughborough, Greg Lowney, Luca Mascaro, Liam McGee, Jens Meiert, Niqui Merret, Alessandro Miele, Mathew J Mirabella, Charles McCathieNevile , Matt May, Marti McCuller, Sorcha Moore, Charles F. Munat, Robert Neff, Bruno von Niman, Tim Noonan, Sebastiano Nutarelli, Graham Oliver, Sean B. Palmer, Sailesh Panchang, Nigel Peck, Anne Pemberton, David Poehlman, Adam Victor Reed, Chris Ridpath, Lee Roberts, Gregory J. Rosmaita, Matthew Ross, Sharron Rush, Gian Sampson-Wild, Joel Sanda, Gordon Schantz, Lisa Seeman, John Slatin, Becky Smith, Jared Smith, Neil Soiffer, Jeanne Spellman, Mike Squillace, Michael Stenitzer, Jim Thatcher, Terry Thompson, Justin Thorp, Makoto Ueki, Eric Velleman, Dena Wainwright, Paul Walsch, Takayuki Watanabe, Jason White.

Annexe C : Références

Cette section est informative.

CAPTCHA
The CAPTCHA Project, Université de Carnegie Mellon University. Le projet est en ligne à http://www.captcha.net.
HARDING-BINNIE
Harding G. F. A. and Binnie, C.D., Independent Analysis of the ITC Photosensitive Epilepsy Calibration Test Tape. 2002.
IEC-4WD
IEC/4WD 61966-2-1: Colour Measurement and Management in Multimedia Systems and Equipment - Part 2.1: Default Colour Space - sRGB. 5 mai 1998.
sRGB
"A Standard Default Color Space for the Internet - sRGB," M. Stokes, M. Anderson, S. Chandrasekar, R. Motta, eds ., Version 1.10, 5 novembre 1996. Une copie de cet article est consultable à http://www.w3.org/Graphics/Color/sRGB.html.
UNESCO
Classification internationale type de l'éducation, 1997 Une copie de la norme est consultable à http://www.unesco.org/education/information/nfsunesco/doc/isced_1997.htm.
WCAG10
Web Content Accessibility Guidelines 1.0, auteurs : G. Vanderheiden, W. Chisholm, I. Jacobs, recommandation du W3C, 5 mai 1999, http://www.w3.org/TR/1999/WAI-WEBCONTENT-19990505/. La version la plus récente des WCAG 1.0 est consultable à http://www.w3.org/TR/WAI-WEBCONTENT/.