Glossaire WCAG 2.0

Actualités

*** (Pierre Guillou, 14 février 2009) : code ci-dessous copié/collé de la "version 4.0 non validée (français, 14 février 2009) des WCAG 2.0".

Les définitions du glossaire ont été triées le 12 février 2009 à partir de la version 3.1 et par ordre alphabétique par Michael Cooper (W3C).

Les propositions de modifications suivantes proposées le 12 février 2009 à partir de la version 3.1 n'ont pas été implémentées pour l'instant (Pierre Guillou, 13 février 2009) :

*** (Vincent Aniort, 12 février 2009) :

version de remplacement pour un média temporel

document renfermant dans un ordre correct une description des contenus visuels et sonores d'un média temporel et fournissant un moyen de réaliser les effets de toute interaction temporelle
je verrais plutôt : document renfermant dans un ordre correct une description des contenus visuels et sonores d'un média temporel et fournissant un moyen d'obtenir les résultats de n'importe quelle interaction temporelle

Règles de décision

Ces termes correspondent pour la plupart aux termes référencés dans le glossaire des WCAG 2.0. Les traductions ont été pour une grande partie proposées par Didier Torossian, complétés par ceux de Jean-Marie d'Amour. Cette page est la version actuelle. POur tout désaccord sur un terme, veuillez l'inscrire dans la page termes et expressions sans consensus.

Après 1 semaine d'échanges sur la liste du comité et sur le wiki, une page Règles de décision a été créée pour définir les règles qui permettront d'obtenir des consensus et de prendre des décisions tout au long du travail de traduction (Pierre GUILLOU, 16/01/09).

  • Accessibility supported : Compatible avec l'accessibilité
  • Alternative for time-based media : version de remplacement pour un média temporel
  • ambiguous to users in general : Ambigu pour l'utilisateur
  • Ascii art : art ascii
  • assistive technology (as used in this document) : technologies d'assistance
  • Audio-only : seulement audio
  • blinking : clignotement.
  • Blocks of text : bloc de texte
  • Captcha : CAPTCHA
  • Captions : sous-titres
  • Changes of context : changements de contexte
  • Conformance : Conformité
  • Conforming alternate version : version de remplacement conforme
  • content (Web content) : Contenu Web
  • Context-sensitive help : aide contextuelle
  • Contrast ratio : rapport de contraste
  • correct reading sequence : ordre de lecture correct
  • Emergency : urgence
  • Essential : essentiel(le)
  • extended audio description : audio-description étendue
  • Flash : Flash
  • Functionality : fonctionnalité
  • general flash and red flash thresholds : seuil général de clignotement et seuil de clignotement rouge
  • human language : langue
  • Idiom : expression idiomatique
  • Informative : informatif, informative
  • input error : erreur de saisie
  • Image of text : texte sous forme d'image
  • Jargon : jargon
  • keyboard interface : interface clavier.
  • Label : étiquette
  • large scale (text) : texte agrandi
  • legal commitments : engagements juridiques
  • Link purpose : destination du lien
  • Live : en direct
  • lower secondary education level : niveau d'études début du secondaire
  • media alternative for text : média de remplacement pour un texte
  • Mechanism : mécanisme
  • Name : nom
  • navigated sequentially : parcouru de façon séquentielle
  • Non-text content : contenu non textuel
  • normative: normatif
  • on a full screen window : dans une fenêtre plein écran
  • paused : mis en pause
  • prerecorded : pré-enregistré
  • Presentation : présentation
  • primary education level : niveau d’études primaire
  • Programatically determined (programmatically determinable) : Déterminé (déterminable) par un programme informatique
  • programmatically determined link context : Contexte du lien déterminé par un programme informatique
  • programmatically set : défini par programmation
  • pure decoration : purement décoratif
  • real-time event : événement en temps réel
  • relative luminance : luminosité relative
  • relied upon (technologies that are) : pas de consensus
  • role : rôle
  • same functionality : Fonctionnalité similaire
  • same relative order : même ordre relatif
  • satisfies a success criterion : Satisfait à un critère de succès
  • section : Section
  • Set of Web pages : ensemble de pages Web
  • sign language : langue des signes
  • sign language interpretation : interprétation en langue des signes
  • Specific sensory experience : expérience sensorielle spécifique
  • structure : structure
  • suplemental content : contenu additionnel
  • synchronized media : média synchronisé
  • success criteria : Critères de succès
  • technology (Web content) : technologie Web
  • text : texte
  • text alternative : équivalent textuel
  • time-based media : média temporel
  • used in an unusual or restricted way : Utilisé de manière inhabituelle ou de façon limitée
  • user agent : agent utilisateur
  • user-controllable : contrôlable par l'utilisateur
  • user input : Saisie utilisateur
  • user interface component : composant d'interface utilisateur
  • video : vidéo
  • Video only : seulement vidéo
  • Viewport : espace de restitution
  • visually customized : Personnalisé visuellement
  • Web page : page Web
*** (Pierre Guillou, 25 février 2009) : code ci-dessous copié/collé de la "Version 5.1 (français, 25 février 2009) validée par le comité de traduction en français des WCAG 2.0".

Annexe A : Glossaire

Cette section est normative.

abréviation

forme abrégée d'un mot, d'une expression ou d'un nom lorsque l'abréviation ne fait pas encore partie de la langue courante

Note 1 : ceci comprend les sigles et les acronymes formés à partir des initiales des mots où :

  1. les sigles sont une forme abrégée d'un nom ou d'une expression constituée des lettres initiales des mots ou des syllabes contenues dans ce nom ou cette expression.

    Note 1 : ne sont pas définies dans toutes les langues.

    Exemple 1 : SNCF est le sigle de la Société nationale des chemins de fer français.

    Exemple 2 : ESP est le sigle, en anglais, de extrasensory perception, la perception extrasensorielle.

  2. les acronymes sont des abréviations formées à partir des premières lettres ou des parties d'autres mots (dans un nom ou une expression) et qui peuvent être prononcés comme un mot.

    Exemple : ONU est un acronyme constitué des premières lettres de Organisation des Nations unies.

Note 2 : quelques sociétés ont adopté ce qui constituait un sigle ou un acronyme comme nom de leur société. Dans un tel cas, le nouveau nom de la société est constitué des lettres (par exemple, Ecma) et le mot n'est plus alors considéré comme une abréviation.

agent utilisateur

tout logiciel qui récupère et présente le contenu Web aux utilisateurs

Exemple : les navigateurs Web, les lecteurs de média, les modules d'extensions et les autres programmes — dont les technologies d'assistance — qui aident à récupérer, restituer et interagir avec le contenu Web.

(texte) agrandi

avec au minimum 18 points ou 14 points gras ou une taille de caractère équivalente pour les polices chinoises, japonaises ou coréennes (CJK)

Note 1 : les polices avec des traits extraordinairement fins ou des aspects et des caractéristiques inhabituels qui réduisent la reconnaissance de la forme des lettres sont plus difficiles à lire, spécialement à des niveaux de contrastes bas.

Note 2 : la taille de caractère est la taille lorsque le contenu est affiché. Cela n'inclut pas le redimensionnement qui pourrait être fait par l'utilisateur.

Note 3 : la taille réelle des caractères qu'un utilisateur voit est dépendante à la fois de la définition de la taille faite par l'auteur, du périphérique de restitution de l'utilisateur ou du paramétrage de l'agent utilisateur. Pour la majorité des polices de corps de texte, 14 et 18 points est sensiblement équivalent à 1,2 et 1,5 em ou à 120% et 150% de la taille par défaut du corps de texte (en considérant que la police de corps est à 100%), mais les auteurs seraient tenus de vérifier cela pour les polices particulières qui seraient utilisées. Quand les polices sont définies en unités relatives, la taille réelle du point est mesurée par l'agent utilisateur pour l'affichage. La taille d'un point doit être obtenue auprès de l'agent utilisateur ou calculée sur la même base de mesure que celle de l'agent utilisateur, lors de l'évaluation de ce critère de succès. Les utilisateurs qui ont une basse vision auront à choisir les paramètres appropriés.

Note 4 : lors de l'utilisation de texte sans spécification de taille de caractère, la taille la plus petite utilisée dans les principaux navigateurs pour le texte dont la taille n'est pas spécifiée serait considérée comme une taille raisonnable pour la police. Si un titre de niveau 1 est restitué en 14pt gras ou plus sur les principaux navigateurs, alors il est raisonnable de considérer qu'il s'agit de texte agrandi. Le redimensionnement relatif peut être calculé de manière identique à partir de la taille par défaut.

Note 5 : la taille 18 ou 14 points pour les textes en alphabet latin est définie à partir de la taille minimum pour les grands caractères (14pt) et de la taille standard plus grande (18pt). Pour les autres polices telles que les langues CJK, les tailles « équivalentes » seraient la taille de grand caractère minimum utilisée pour ces langues et la taille de grands caractères plus grande suivante.

aide contextuelle

texte d'aide qui fournit des informations relatives à la fonction actuellement utilisée

Note : des étiquettes claires peuvent jouer le rôle d'aide contextuelle.

ambigu pour tout utilisateur

l'intention ne peut être déterminée à partir du lien et de toute l'information de la page Web présentée à l'utilisateur en même temps que ce lien. (c'est-à-dire qu'un lecteur sans limitations fonctionnelles ne connaîtrait pas la fonction d'un lien avant de l'activer)

Exemple : le mot goyave dans la phrase suivante utilisé comme lien : « L'une des exportations importantes est la goyave ». Ce lien pourrait conduire à une définition de la goyave, à un graphe présentant une liste des quantités de goyave exportées ou à une photo de gens récoltant la goyave. Jusqu'à ce que le lien soit activé, tout utilisateur est dans l'incertitude et une personne handicapée n'est donc pas désavantagée.

art ASCII

dessin créé par une disposition spatiale de caractères ou glyphes (habituellement à partir des 95 caractères imprimables définis en ASCII)

audio

la technologie de reproduction des sons

Note : le son peut être créé de façon synthétique (y compris la synthèse vocale), être enregistré à partir de sons réels ou les deux.

audio-description

narration ajoutée à une piste sonore pour décrire les détails visuels importants qui ne peuvent être compris à partir de la piste sonore principale seulement

Note 1 : l'audio-description d'une vidéo fournit de l'information à propos des actions, des personnages, des changements de scènes, du texte apparaissant à l'écran et d'autres contenus visuels.

Note 2 : dans une audio-description standard, la narration est ajoutée durant les pauses qui existent dans le dialogue. (Voir aussi audio-description étendue.)

Note 3 : lorsque toute l'information de la vidéo est déjà donnée dans la piste audio, aucune audio-description supplémentaire n'est requise.

Note 4 : aussi nommée « vidéo-description » et « narration descriptive ».

audio-description étendue

audio-description ajoutée à une présentation audiovisuelle en mettant en pause la vidéo de manière à avoir le temps d'ajouter des descriptions supplémentaires

Note : cette technique est utilisée seulement si le sens de la vidéo serait perdu sans audio-description supplémentaire et que les pauses entre les dialogues ou la narration sont trop courtes.

blocs de texte

plus d'une phrase de texte

CAPTCHA

sigle de « Completely Automated Public Turing test to tell Computers and Humans Apart » (test public de Turing entièrement automatique ayant pour but de distinguer les humains des ordinateurs)

Note 1 : les tests de type CAPTCHA demandent souvent à l'utilisateur de taper un texte présenté dans une image ou un extrait audio déformés.

Note 2 : un test de Turing est tout système de tests conçu pour distinguer un humain d'un ordinateur. Il est nommé en l'honneur du célèbre informaticien Alan Turing. Ce terme a été popularisé par les chercheurs de l'Université Carnegie Mellon. [CAPTCHA]

changements de contexte

changements majeurs dans le contenu d'une page Web qui, s'ils sont faits sans que l'utilisateur en soit conscient, peuvent désorienter l'utilisateur qui ne peut voir l'ensemble de la page en même temps

Les changements de contexte comprennent les changements de :

  1. agent utilisateur ;
  2. espace de restitution ;
  3. focus ;
  4. contenu qui modifie la signification de la page Web.

Note : Un changement de contenu n'est pas toujours un changement de contexte. Un changement dans le contenu comme le déploiement d'une arborescence, un menu dynamique ou un déplacement de tabulation ne change pas nécessairement le contexte à moins qu'il ne change aussi l'un des éléments énumérés ci-dessus (par exemple le focus).

Exemple : l'ouverture d'une nouvelle fenêtre, le déplacement du focus sur un composant différent, le déplacement vers une nouvelle page (y compris tout ce qui, pour l'utilisateur, aurait l'air d'un déplacement vers une autre page) ou la réorganisation significative du contenu d'une page sont autant d'exemples d'un changement de contexte.

clignotement

alternance entre deux états visuels d'une façon qui veut attirer l'attention

Note : voir aussi flash. Il est possible que quelque chose soit suffisamment gros et clignote de façon suffisamment lumineuse à la fréquence appropriée pour être aussi considéré comme un flash.

compatible avec l'accessibilité

compatible avec les technologies d'assistance des utilisateurs ainsi qu'avec les fonctions d'accessibilité des navigateurs et des autres agents utilisateurs

Pour que l'utilisation d'une technologie Web (ou d'une fonctionnalité d'une technologie) soit considérée comme compatible avec l'accessibilité, les conditions 1 et 2 doivent toutes deux être respectées pour une technologie Web (ou pour une fonctionnalité d'une technologie) :

  1. La façon dont la technologie Web est utilisée doit être compatible avec les technologies d'assistance des utilisateurs. Cela signifie que la façon dont la technologie est utilisée a été testée dans une perspective d'interopérabilité avec des utilisateurs des technologies d'assistance dans la ou les langues du contenu ;

    ET

  2. La technologie Web doit fonctionner avec des agents utilisateurs qui sont compatibles avec l'accessibilité et qui sont à la disposition des utilisateurs. Cela signifie qu'au moins une des quatre affirmations suivantes est vraie :

    1. La technologie fonctionne de façon native dans des agents utilisateurs largement distribués qui sont eux-mêmes compatibles avec l'accessibilité (comme HTML et CSS) ;

      OU

    2. La technologie fonctionne avec un module d'extension largement distribué et qui est lui-même compatible avec l'accessibilité ;

      OU

    3. Le contenu est disponible dans un environnement fermé comme le réseau d'une université ou d'une entreprise où l'agent utilisateur requis par la technologie et utilisé par l'organisation est lui-même compatible avec l'accessibilité ;

      OU

    4. Les agents utilisateurs avec lesquels fonctionne la technologie sont compatibles avec l'accessibilité et sont disponibles en téléchargement ou à l'achat d'une façon qui :

      • ne coûte pas plus cher à une personne handicapée qu'à une personne sans limitations fonctionnelles et

      • est aussi facile à trouver et à obtenir par une personne handicapée qu'elle l'est pour une personne sans limitations fonctionnelles.

Note 1 : le Groupe de travail des WCAG et le W3C ne précisent pas quel niveau de compatibilité avec les technologies d'assistance une technologie Web particulière doit avoir pour être considérée comme compatible avec l'accessibilité. (Voir le niveau de compatibilité avec les technologies d'assistance nécessaire à la «  compatibilité avec l'accessibilité  » (en anglais).)

Note 2 : les technologies Web peuvent être utilisées d'une manière qui n'est pas compatible avec l'accessibilité tant que l'utilisation du contenu n'en dépend pas et que la page dans son ensemble satisfait aux exigences de conformité, incluant l'Exigence de conformité 4 : L'usage des technologies selon des méthodes exclusivement compatibles avec l'accessibilité et l'Exigence de conformité 5 : Non interférence sont satisfaites.

Note 3 : quand une technologie Web est utilisée d'une manière qui est « compatible avec l'accessibilité », cela n'implique pas que toute la technologie ou que tous les usages de cette technologie sont compatibles. La plupart des technologies, y compris HTML, comportent une fonction ou un usage qui n'est pas compatible. Les pages sont conformes aux WCAG seulement si les usages de la technologie qui sont compatibles avec l'accessibilité sont les seuls dont dépend l'utilisation du contenu et que ces usages permettent de satisfaire aux exigences des WCAG.

Note 4 : lorsqu'une technologie Web est citée et qu'elle se présente en plusieurs versions, la ou les versions compatibles devraient être spécifiées.

Note 5 : pour les auteurs, une façon de repérer les usages d'une technologie qui sont compatibles avec l'accessibilité consisterait à consulter la compilation des usages qui sont documentés comme compatibles avec l'accessibilité. (Voir Comprendre les usages des technologies compatibles avec l'accessibilité (en anglais).) Les auteurs, les sociétés, les vendeurs de technologies ou n'importe qui d'autre peuvent documenter les usages des technologies qui sont compatibles avec l'accessibilité. Toutefois, tous les usages des technologies documentés devraient satisfaire à la définition des technologies Web compatibles avec l'accessibilité telle qu'elle est énoncée ci-dessus.

composant d'interface utilisateur

partie du contenu qui est perçue par les utilisateurs comme un élément de contrôle unique pour une fonction distincte

Note 1 : plusieurs composants d'interface utilisateur peuvent être implémentés au sein d'un seul programme. La notion de composant n'est pas liée ici aux techniques de programmation, mais plutôt à ce que les utilisateurs perçoivent comme des éléments de contrôle distincts.

Note 2 : les composants d'interface utilisateur incluent les éléments de formulaire et les liens aussi bien que des composants générés par scripts.

Exemple : un microprogramme (applet) dispose d'un « élément de contrôle » permettant de se déplacer dans le contenu ligne par ligne, page par page ou au hasard. Puisque chacune de ces fonctions devrait avoir un nom et fonctionner indépendamment, elles constitueraient chacune un « composant d'interface utilisateur ».

conformité

satisfaire à toutes les exigences d'une norme ou d'un standard donné, d'une règle ou d'une spécification

contenu additionnel

contenu supplémentaire illustrant ou clarifiant le contenu primaire

Exemple 1 : la version audio d'une page Web.

Exemple 2 : l'illustration d'un processus complexe.

Exemple 3 : un paragraphe résumant les principales conclusions et recommandations d'un rapport de recherche.

contenu non textuel

tout contenu qui n'est pas une suite de caractères déterminée par un programme informatique ou suite de caractères sans signification dans aucune langue

Note : ceci inclut l'art ASCII (qui est un dessin à base de caractères), les émoticônes, l'écriture « leetspeak » (qui utilise la substitution de caractères) et les images représentant du texte.

contenu Web

information et expérience sensorielle à communiquer à l'utilisateur au moyen d'un agent utilisateur, y compris le code ou le balisage qui définit la structure, la présentation et les interactions du contenu

contexte du lien déterminé par un programme informatique

information supplémentaire qui peut être déterminée par un programme informatique à partir des relations avec un lien, combinée avec le texte du lien et présentée aux utilisateurs sous différentes formes

Exemple : en HTML, l'information qui est déterminée par un programme informatique à partir d'un lien en français, y compris le texte qui est dans le même paragraphe, la même liste ou la même cellule de tableau que le lien, ou une cellule d'en-tête de tableau associée avec la cellule contenant le lien.

Note : puisque les lecteurs d'écran interprètent la ponctuation, ils peuvent aussi fournir le contexte de la phrase en cours, lorsque le focus est sur le lien contenu dans cette phrase.

contrôlable par l'utilisateur

donnée auxquelles les utilisateurs ont accès

Note : ceci ne concerne pas les journaux de connexions (logs) Internet et les données de supervision des moteurs de recherche.

Exemple : les champs nom et adresse d'un compte utilisateur.

dans une fenêtre plein écran

sur les écrans d'ordinateur de bureau ou portable de taille courante dont l'espace de restitution est maximisé

Note : du fait que les gens gardent leurs ordinateurs pendant plusieurs années, il est conseillé de ne pas se baser sur les dernières résolutions d'écrans des ordinateurs de bureau ou portable, mais de prendre en considération la plus représentative des résolutions d'écrans durant une période de plusieurs années précédant cette évaluation.

défini par programmation

défini par un logiciel utilisant des méthodes qui fonctionnent avec les agents utilisateur, y compris les technologies d'assistance

dépendre (technologies)

le contenu ne serait pas conforme si cette technologie est inactivée ou si elle n'est pas compatible

déterminé (déterminable) par un programme informatique

déterminé par un programme à partir de données fournies par l'auteur d'une manière qui permet aux agents utilisateur, y compris les technologies d'assistance, d'extraire et de présenter cette information aux utilisateurs sous différentes formes

Exemple 1 : déterminé dans un langage de balisage à partir d'éléments et d'attributs auxquels on accède grâce aux technologies d'assistance couramment disponibles.

Exemple 2 : déterminé grâce à des structures de données spécifiques d'une technologie pour un langage non-balisé et exposée aux technologies d'assistance via une API d'accessibilité aux technologies d'assistance couramment disponibles.

en direct

information captée depuis un événement du monde réel et transmis à un récepteur sans autre délai que celui de la diffusion

Note 1 : le délai de diffusion est un court délai souvent automatisé, utilisé par exemple pour permettre aux diffuseurs de mettre en liste d'attente ou de censurer le flux sonore (ou vidéo), mais insuffisant pour permettre un montage significatif.

Note 2 : si l'information est totalement générée par ordinateur il ne s'agit pas d'information en direct.

engagements juridiques

transactions par lesquelles la personne contracte une obligation ou reçoit un bénéfice de nature juridique

Exemple : un contrat de mariage, un échange d'actions (financier et juridique), un legs, un prêt, une adoption, un enrôlement dans l'armée, un contrat de tout type, etc.

enseignement primaire

période de six ans qui commence entre l'âge de 5 et 7 ans, sans forcément d'antécédents d'éducation

Note : cette définition se fonde sur la norme de Classification internationale type de l'éducation de l'[UNESCO].

ensemble de pages Web

groupe de pages Web partageant un objectif commun et créées par le même auteur, groupe ou organisation

Note : différentes versions linguistiques seraient considérées comme des ensembles de pages Web distincts.

équivalent textuel

Texte associé par programmation à un contenu non textuel ou dont il est fait mention depuis un texte associé par programmation à un contenu non textuel. Un texte associé par programmation est un texte dont l'emplacement peut être déterminé par programmation depuis le contenu non textuel.

Exemple : l'image d'un graphique est décrite textuellement dans le paragraphe suivant le graphique. Le bref équivalent textuel du graphique indique que la description suit celui-ci.

Note : se référer à Comprendre les équivalents textuels (en anglais) pour plus d'informations.

erreur de saisie

information fournie par l'utilisateur qui n'est pas acceptée

Note : cela inclut :

  1. L'information qui est demandée par la page Web mais oubliée par l'utilisateur.

  2. L'information qui est fournie par l'utilisateur mais qui ne correspond pas au format ou aux valeurs des données attendus.

espace de restitution

objet au sein duquel l'agent utilisateur présente du contenu

Note 1 : l'agent utilisateur présente le contenu au travers d'un ou plusieurs espaces de restitution. Les espaces de restitution peuvent être des fenêtres, des cadres, des haut-parleurs et des loupes virtuelles. Un espace de restitution peut contenir lui-même un autre espace de restitution (par exemple, des cadres imbriqués). Les composants d'interface créés par l'agent utilisateur, tels que des invites de commandes, des menus et des alertes ne sont pas des espaces de restitution.

Note 2 : cette définition est fondée sur le Glossaire des règles pour l'accessibilité des agents utilisateurs 1.0 (en anglais).

essentiel(le)

élément qui changerait fondamentalement les informations ou les fonctionnalités du contenu s'il était supprimé et informations et fonctionnalités qui ne pourraient être restituées autrement d'une manière conforme

étiquette

texte ou autre composant avec un équivalent textuel qui est restitué à l'utilisateur pour permettre d'identifier un composant dans un contenu Web

Note 1 : une étiquette est présentée à tous les utilisateurs alors que le nom peut être masqué et seulement restitué par une technologie d'assistance. Dans de nombreux cas (mais pas tous) le nom et l'étiquette sont identiques.

Note 2 : le terme étiquette n'est pas limité à l'élément label en HTML.

événement en temps réel

événement qui a) se produit en même temps que la visualisation et b) n'est pas entièrement généré par le contenu

Exemple 1 : une diffusion Web d'une représentation en direct (qui se produit en même temps que la visualisation et qui n'est pas pré-enregistrée).

Exemple 2 : des enchères en ligne avec des gens qui enchérissent (avec une visualisation en direct).

Exemple 3 : des humains interagissant dans un monde virtuel grâce à des avatars (qui ne sont pas entièrement générés par le contenu et qui se produisent en même temps que la visualisation).

expérience sensorielle spécifique

une expérience sensorielle qui n'est pas purement décorative et dont l'objectif premier n'est pas de transmettre une information importante ou d'accomplir une fonction

Exemple : on compte parmi les exemples un morceau de flûte solo, des œuvres d'art visuel, etc.

expression idiomatique

phrase dont le sens ne peut être déduit du sens des mots qui la composent et dont les mots spécifiques ne peuvent être changés sans en perdre le sens

Note : les expressions idiomatiques ne peuvent être traduites littéralement sans perdre leur sens (culturel ou linguistique).

Exemple 1 : en anglais, « spilling the beans » signifie « révéler un secret ». Cependant, « knocking over the beans » ou « spilling the vegetables » ne signifie pas la même chose.

Exemple 2 : en japonais, la phrase « さじを投げる » se traduit littéralement par « il jette une cuillère » mais cela signifie qu'il n'y a rien qu'il puisse faire et que finalement il abandonne.

Exemple 3 : en néerlandais, « Hij ging met de kippen op stok » se traduit littéralement par « il est allé rôtir avec les poulets » mais cela signifie qu'il est allé au lit tôt.

flash

alternance de luminosités relatives qui peuvent causer des crises chez certaines personnes si leur taille est suffisamment importante dans une gamme de fréquences spécifiques

Note 1 : voir seuil de flash générique et seuil de flash rouge pour plus d'informations sur les types de flashs qui ne sont pas autorisés.

Note 2 : voir aussi clignotement.

fonction du lien

nature d'un résultat obtenu par l'activation d'un lien

fonctionnalité

processus et résultats atteignables par une action de l'utilisateur

fonctionnalité similaire

produit le même résultat à l'utilisation

Exemple : un bouton « rechercher » sur une page Web et un bouton « trouver » sur une autre peuvent tous les deux proposer un champ pour saisir un terme et lister les sujets présents dans le site et pertinents par rapport au terme soumis. Dans ce cas, ils offrent la même fonctionnalité mais ne sont pas nommés à l'identique.

informatif, informative

Dans un but d'informations complémentaires et non exigé pour la conformité

Note : le contenu exigé pour la conformité est indiqué comme « normatif ».

interface clavier

interface utilisée par un logiciel pour obtenir une saisie au clavier

Note 1 : une interface clavier permet aux utilisateurs de fournir aux programmes une saisie au clavier même si la technologie native ne comporte pas de clavier.

Exemple : un assistant numérique personnel (PDA) à écran tactile possède une interface clavier intégrée à son système d'exploitation et un connecteur pour des claviers externes. Les applications dans le PDA peuvent utiliser l'interface pour obtenir une saisie au clavier externe ou par d'autres applications qui simulent une sortie clavier comme les interpréteurs d'écriture manuscrite ou les applications de transcription vocale en texte avec des fonctionnalités « d'émulation clavier ».

Note 2 : l'utilisation d'une application (ou de parties d'une application) à travers un pointeur souris dirigé au clavier, comme MouseKeys, ne constitue pas une opération réalisée au travers d'une interface clavier car l'utilisation du programme passe par l'interface de pointage et non pas par l'interface clavier.

interprétation en langue des signes

traduction d'une langue, généralement parlée, en langue des signes

Note : les véritables langues des signes sont des langues indépendantes qui ne sont pas attachées à la langue parlée de la même région ou du même pays.

jargon

termes utilisés par les personnes d'une façon particulière dans un domaine particulier

Exemple : les termes « touches rémanentes » sont du jargon du domaine des technologies d'assistance.

langue

langue qui est parlée, écrite ou signée (à l'aide des signes visuels ou tactiles) pour communiquer avec les humains

Note : voir aussi langue des signes.

langue des signes

un langage employant des combinaisons de mouvements des mains et des bras, des expressions faciales ou des positions corporelles pour transmettre du sens

luminosité relative

luminosité relative d'un quelconque point de l'espace colorimétrique normalisé à 0 pour le noir le plus foncé et à 1 pour le blanc le plus clair

Note 1 : pour l'espace colorimétrique de couleur sRGB, la luminance relative d'une couleur est définie par L = 0,2126 * R + 0,7152 * G + 0,0722 * BR, G and B sont définis par :

  • si RsRGB <= 0,03928 alors R = RsRGB/12,92 sinon R = ((RsRGB+0,055)/1,055) ^ 2,4

  • si GsRGB <= 0,03928 alors --G = GsRGB/12,92 sinon G = ((GsRGB+0,055)/1,055) ^ 2,4

  • si BsRGB <= 0,03928 alors B = BsRGB/12.92 sinon B = ((BsRGB+0,055)/1,055) ^ 2,4

et RsRGB, GsRGB et BsRGB sont définis par :

  • RsRGB = R8bit/255

  • GsRGB = G8bit/255

  • BsRGB = B8bit/255

Le caractère "^" est l'opérateur exponentiel. (formules tirées de [sRGB] et [IEC-4WD]).

Note 2 : la plupart des systèmes utilisés aujourd'hui pour afficher le contenu Web adoptent l'encodage sRGB. À moins que l'on sache qu'un autre espace colorimétrique va être utilisé pour traiter et afficher le contenu, les auteurs devraient l'évaluer en utilisant l'espace colorimétrique sRGB. Si l'on utilise d'autres espaces colorimétriques, voir Comprendre le critère de succès 1.4.3 (en anglais).

Note 3 : si un tramage est effectué après l'affichage, alors la valeur source de la couleur est utilisée. Pour les couleurs tramées à la source, les valeurs moyennes des couleurs qui sont tramées devraient être utilisées (R moyen, G moyen, B moyen).

Note 4 : il existe des outils qui effectuent automatiquement les calculs lors des tests de contraste et de flash.

Note 5 : une version MathML de la définition de la luminosité relative est disponible.

mécanisme

processus ou technique pour obtenir un résultat

Note 1 : le mécanisme peut être explicitement fourni par le contenu ou dépendre de la plateforme ou de l'agent utilisateur, y compris les technologies d'assistance.

Note 2 : le mécanisme doit satisfaire à tous les critères de succès (d'un niveau donné) pour déclarer un niveau de conformité.

média de remplacement pour un texte

média qui ne donne pas plus d'information que ce que donne le texte (directement ou via un équivalent textuel)

Note : une version de remplacement pour un texte est fournie à ceux qui bénéficient de représentations équivalentes du texte. Les versions de remplacement de texte peuvent n'être que seulement audio, que seulement vidéo (y compris la vidéo en langue des signes) ou audio-vidéo.

média synchronisé

flux audio ou vidéo synchronisé avec un autre format pour présenter de l'information et/ou comportant des composants temporels interactifs, à moins que le média soit un média de remplacement pour un texte clairement identifiée comme telle

même ordre relatif

même position relativement aux autres éléments

Note : plusieurs éléments sont considérés être dans le même ordre relatif même si d'autres éléments sont insérés ou retirés de l'ordre original. Par exemple, des menus de navigation extensibles peuvent intégrer un niveau de détail additionnel, une section de navigation secondaire peut être insérée dans l'ordre de lecture.

mis en pause

arrêté par une action de l'utilisateur et relancé seulement sur demande de l'utilisateur

nom

texte grâce auquel un logiciel peut identifier pour l'utilisateur un composant du contenu Web

Note 1 : le nom peut être caché et présenté seulement aux technologies d'assistance, alors qu'une étiquette est présentée à tous les utilisateurs. Dans de nombreux cas (mais pas dans tous), l'étiquette et le nom sont identiques.

Note 2 : celui-ci n'a pas de lien avec l'attribut HTML name.

normatif

exigé pour la conformité

Note 1 : il est possible d'être en conformité stricte avec ce document de nombreuses manières bien définies.

Note 2 : le contenu identifié comme « informatif » ou « non-normatif » n'est jamais exigé pour la conformité.

ordre de lecture correct

tout ordre séquentiel où les mots et les paragraphes sont présentés dans un ordre qui ne modifie pas la signification du contenu

page Web

une ressource autonome obtenue depuis un URI unique grâce au protocole HTTP, accompagnée de toutes les autres ressources utilisées dans la restitution ou conçues pour être restituées simultanément par un agent utilisateur

Note 1 : bien que toutes les « autres ressources » seraient restituées avec la ressource primaire, elles ne sont pas nécessairement restituées simultanément.

Note 2 : à des fins de conformité avec ces règles, une ressource doit être autonome à l'intérieur du périmètre de conformité pour être considérée comme une page Web.

Exemple 1 : une ressource Web incluant toutes les images et médias liés.

Exemple 2 : un programme Web de courrier électronique (Webmail) développé à l'aide d'AJAX (Asynchronous JavaScript and XML, JavaScript asynchrone et XML). Le programme réside intégralement à l'adresse http://exemple.com/mail, mais comprend une boîte de réception, un carnet d'adresses et un calendrier. Des liens et des boutons permettent d'afficher la boîte de réception, les contacts ou le calendrier, mais ne changent pas globalement l'URI de la page.

Exemple 3 : un site portail personnalisable, dans lequel les utilisateurs peuvent choisir le contenu à afficher à partir d'un ensemble de modules de contenu.

Exemple 4 : quand on saisit « http://shopping.exemple.com/ » dans son navigateur, on entre dans un environnement commercial animé et interactif dans lequel on se déplace visuellement dans une boutique, retirant les produits directement depuis les rayons pour les placer dans un panier d'achat face à soi. Cliquer sur un produit déclenche une démonstration avec la fiche technique juste à côté. Cela peut être un site Web à page unique ou simplement une page à l'intérieur d'un site Web.

parcouru de façon séquentielle

parcouru dans l'ordre défini par le déplacement du focus (d'un élément à l'autre) en utilisant une interface clavier

personnalisé visuellement

la police, la taille, la couleur et le fond sont paramétrables

pré-enregistré

information qui n'est pas diffusée en direct

premier cycle de l'enseignement secondaire

les deux ou trois années de scolarité qui commencent après six ans environ d'enseignement primaire et qui se terminent après neuf ans environ de scolarisation depuis le début de l'enseignement primaire

Note : cette définition se fonde sur la norme de Classification internationale type de l'éducation de l'[UNESCO].

présentation

rendu du contenu sous une forme perceptible par l'utilisateur

processus

séries d'actions de l'utilisateur dont l'enchaînement est nécessaire à l'accomplissement d'une tâche

Exemple 1 : utilisation réussie par l'utilisateur, sur un site de vente, d'un enchaînement de pages Web permettant de voir différents produits, des prix et des offres, de sélectionner des produits, de soumettre une commande, de fournir les informations d'envoi et de paiement.

Exemple 2 : une page permettant de créer un compte utilisateur nécessitant l'accomplissement d'un test de Turing avant de pouvoir accéder à cette page de formulaire de création de compte.

purement décoratif

utilisé seulement dans un but esthétique, ne fournissant aucune information et n'ayant aucune fonctionnalité

Note : un texte est purement décoratif si les mots peuvent être réarrangés ou remplacés sans changer leur raison d'être.

Exemple : la page couverture d'un dictionnaire présente un arrière-plan estompé et constitué de mots choisis au hasard.

rapport de contraste

(L1 + 0,05) / (L2 + 0,05), où

Note 1 : le rapport de contraste peut varier de 1 à 21 (communément écrit 1:1, 1 pour 1, à 21:1, 21 pour 1).

Note 2 : étant donné que les auteurs ne contrôlent pas la configuration de l'utilisateur concernant le rendu du texte (par exemple le lissage de police ou l'anti-crénelage), le rapport de contraste du texte peut être évalué en désactivant l'anti-crénelage.

Note 3 : en ce qui concerne les critères de succès 1.4.3 et 1.4.6, le contraste est mesuré en tenant compte de l'arrière-plan sur lequel le texte est normalement affiché. Si aucune couleur d'arrière-plan n'est spécifiée, il est considéré comme blanc.

Note 4 : la couleur d'arrière-plan est la couleur spécifiée du contenu sur lequel le texte est normalement affiché. Il est considéré comme une erreur de ne pas définir une couleur d'arrière-plan lorsque la couleur du texte est spécifiée, parce que la couleur d'arrière-plan de l'utilisateur est inconnue et ne peut donc pas être évaluée pour vérifier si le contraste est suffisant. Pour la même raison, il est aussi considéré comme une erreur de ne pas définir la couleur du texte lorsqu'une couleur d'arrière-plan est spécifiée.

Note 5 : lorsqu'il y a une bordure autour de la lettre, la bordure peut augmenter le contraste et serait utilisée dans le calcul du contraste entre la lettre et son arrière-plan. La couleur d'une bordure étroite autour de la lettre serait utilisée à la place de la lettre. Une bordure large autour de la lettre qui remplit l'espace dans lequel se découpe le détail de la lettre agit comme un halo et serait considérée comme un arrière-plan.

Note 6 : la conformité aux WCAG devrait être évaluée pour les paires de couleurs spécifiées dans le contenu qu'un auteur s'attendrait à voir apparaître de façon adjacente dans une présentation habituelle. Les auteurs n'ont pas besoin de prendre en considération les présentations inhabituelles comme les changements de couleurs faits par l'agent utilisateur sauf si ces changements sont provoqués par le code de l'auteur.

relations

associations significatives entre des parties distinctes du contenu

rôle

texte ou nombre par lequel un logiciel peut identifier la fonction d'un composant dans du contenu Web

Exemple : un nombre qui indique si une image sert d'hyperlien, de bouton de commande ou de case à cocher.

satisfait à un critère de succès

le critère de succès ne se révèle pas « faux » lors de l'évaluation de la page

section

une portion autonome de contenu écrit qui traite d'un ou plusieurs sujets ou idées liés entre eux

Note : une section peut consister en un ou plusieurs paragraphes et inclure des graphiques, des tableaux, des listes et des sous-sections.

seuil de flash générique et seuil de flash rouge

un flash ou une séquence d'images changeant rapidement est en dessous du seuil de flash (c'est-à-dire que le contenu est conforme) si l'une des conditions suivantes est satisfaite :

  1. il n'y a pas plus de trois flashs génériques et pas plus de trois flashs rouges par seconde ; ou

  2. la surface d'affichage combinée des flashs simultanés ne représente pas plus de 0,006 stéradian dans chaque champ visuel de 10 degrés sur l'écran (soit 25% de chaque champ visuel de 10 degrés sur l'écran) à une distance habituelle de visualisation

où :

  • un flash générique est défini comme une alternance de luminosité relative de 10% ou plus par rapport à la luminosité relative maximum, où la luminosité relative de l'image la plus sombre est en dessous de 0,80 et où « une alternance » est définie comme étant une augmentation suivie d'une diminution ou une diminution suivie d'une augmentation, et

  • un flash rouge est défini comme toutes alternances de transitions impliquant un rouge saturé.

Exception : Le flash qui suit un modèle précis et équilibré comme du bruit blanc ou un modèle de damier alterné avec des « carrés » dont les côtés font moins de 0,1 degré (du champ visuel à une distance habituelle de visualisation) ne dépasse pas le seuil de flash.

Note 1 : pour les logiciels ou le contenu Web, un rectangle de 341 x 256 pixels n'importe où sur la surface d'affichage de l'écran, quand la résolution est à 1024 x 768 pixels, fournit une bonne estimation de ce que représente 10 degrés du champ visuel sur l'écran pour un écran et une distance habituelle de visualisation (par exemple des écrans de 38 à 43 centimètres (15 à 17 pouces) à une distance de 55 à 65 centimètres (22-26 pouces)). (Un affichage à une résolution supérieure du même contenu produirait des images plus petites et plus sûres, c'est pourquoi des résolutions inférieures sont utilisées pour définir le seuil.)

Note 2 : une transition est le changement, dans un temps donné, de luminosité relative (ou de luminosité relative ou de couleur pour le flash rouge) entre les pics et les creux adjacents dans un ensemble de mesures de luminosité relative (ou de luminosité relative ou de couleur pour le flash rouge)

Note 3 : la définition couramment utilisée dans le domaine pour « deux transitions opposées de rouge saturé » est : pour chacun ou tous les états impliqués dans chacune des transitions, R/(R+ G + B) >= 0,8, et le changement dans la valeur de (R-G-B)x320 est > 20 (les valeurs négatives de (R-G-B)x320 sont considérées comme nulles) pour chacune des transitions. Les valeurs R, G, B se classent entre 0 et 1 tel que spécifié dans la définition de « luminosité relative ». [HARDING-BINNIE]

Note 4 : des outils sont disponibles pour effectuer l'analyse depuis des captures vidéos. Cependant, aucun outil n'est nécessaire pour évaluer cette condition si le flash est inférieur ou égal à 3 flash par seconde. Le contenu est automatiquement conforme (voir #1 et #2 ci-dessus).

seulement audio

une présentation temporelle qui contient seulement de l'audio (sans vidéo ni interaction)

seulement vidéo

une présentation temporelle qui ne contient que de la vidéo (aucun flux audio ni aucune interaction)

sous-titres

visuel synchronisé ou équivalent textuel pour l'information audio avec ou sans parole nécessaire à la compréhension du contenu d'un média

Note 1 : les sous-titres (en anglais captions) sont similaires à ceux qui sont utilisés seulement pour les dialogues (en anglais subtitles) sauf que les sous-titres ne communiquent pas seulement le contenu des dialogues parlés mais aussi des équivalents pour les informations audio autres que le dialogue et nécessaires à la compréhension du contenu du programme, y compris les effets sonores, la musique, les rires, l'identification et le positionnement des interlocuteurs.

Note 2 : les sous-titres codés sont de la même espèce mais peuvent être activés ou désactivés dans certains lecteurs multimédia.

Note 3 : les sous-titres visibles sont des sous-titres qui ne peuvent être désactivés. Par exemple, si les sous-titres sont un équivalent visuel en texte sous forme d'image intégré à la vidéo.

Note 4 : les sous-titres ne devraient pas masquer l'information pertinente de la vidéo, même partiellement.

Note 5 : dans certaines langues comme l'anglais on distingue entre « caption » et « subtitles », le terme « caption » étant parfois traduit en français par sous-titres pour malentendants.

Note 6 : l'audio-description peut aussi être sous-titrée, mais n'a pas besoin de l'être, étant donné qu'il s'agit d'une description d'information qui est déjà présentée visuellement.

structure
  1. La manière dont les parties d'une page Web sont organisées entre elles ; et

  2. La manière dont un groupe de pages Web est organisé

technologie d'assistance (tel qu'utilisé dans ce document)

matériel ou logiciel qui agit comme agent utilisateur ou simultanément avec un agent utilisateur usuel afin de fournir des fonctionnalités répondant aux besoins des utilisateurs ayant des limitations fonctionnelles, fonctionnalités qui vont au-delà de celles qui sont offertes par les agents utilisateurs usuels

Note 1 : les fonctionnalités fournies par les technologies d'assistance comprennent des présentations de remplacement (par exemple de la synthèse vocale ou du contenu agrandi), des méthodes de saisie alternatives (par exemple la voix), des mécanismes de navigation ou d'orientation supplémentaires et des transformations de contenu (par exemple pour rendre un tableau plus accessible).

Note 2 : les technologies d'assistance communiquent souvent les données et les messages aux agents utilisateurs usuels en utilisant et en surveillant le fonctionnement d'une API (interface de programmation).

Note 3 : la distinction entre agents utilisateurs usuels et technologies d'assistance n'est pas absolue. Plusieurs agents utilisateurs usuels comportent des fonctions d'assistance aux utilisateurs ayant des limitations fonctionnelles. La principale différence est que ces agents utilisateurs usuels visent un public large et diversifié qui comprend des personnes avec et sans limitations fonctionnelles. Les technologies d'assistance visent des populations plus restreintes d'utilisateurs ayant des limitations fonctionnelles particulières. L'assistance fournie par une technologie d'assistance est plus spécifique et appropriée aux besoins des utilisateurs visés. Un agent utilisateur usuel peut comporter des fonctionnalités importantes pour les technologies d'assistance comme l'extraction du contenu Web à partir d'objets de programmation ou l'analyse syntaxique du balisage par paquets identifiables.

Exemple : les technologies d'assistance qui sont importantes dans le contexte du présent document comprennent les technologies suivantes :

  • les agrandisseurs d'écran et les autres assistants de lecture visuelle qui sont utilisés par les personnes ayant des limitations de la vision, de la perception ou d'accès physique à l'imprimé pour modifier la police de caractères, la taille, l'espacement, la couleur, la synchronisation avec la synthèse vocale, etc. dans le but d'améliorer la lisibilité visuelle du rendu des textes et des images ;

  • les lecteurs d'écran qui sont utilisés par les personnes aveugles pour lire l'information textuelle en synthèse vocale ou en braille ;

  • les logiciels de conversion du texte en parole qui sont utilisés par certaines personnes ayant des limitations cognitives, des limitations du langage et des difficultés d'apprentissage pour convertir le texte en synthèse vocale ;

  • les logiciels de reconnaissance vocale qui peuvent être utilisés par les personnes ayant certaines limitations motrices ;

  • des claviers de remplacement qui sont utilisés par des personnes ayant certaines limitations motrices pour simuler le clavier (y compris des claviers de remplacement qui utilisent des pointeurs de tête, des commutateurs simples, des dispositifs d'aspiration/expiration et d'autres dispositifs spéciaux d'aide à la saisie ;

  • des dispositifs de pointage adaptés qui sont utilisés par des personnes ayant certaines limitations motrices pour simuler le pointeur de la souris et l'activation des boutons.

technologie Web

mécanisme pour encoder les instructions devant être restituées, jouées ou exécutées par les agents utilisateurs

Note 1 : tel qu'employés dans ces règles, l'expression « technologie Web » et le mot « technologie » (utilisé seul) désignent les technologies relatives aux contenus Web.

Note 2 : les technologies relatives aux contenus Web comprennent les langages de balisage, les formats de données ou les langages de programmation que les auteurs sont amenés à utiliser seuls ou combinés pour créer des expériences pour l'utilisateur final qui vont de pages Web statiques jusqu'à des présentations multimédia synchronisées, en passant par des applications Web dynamiques.

Exemple : on compte parmi les exemples les plus fréquents de technologies Web : HTML, CSS, SVG, PNG, PDF, Flash et JavaScript.

texte

séquence de caractères pouvant être déterminée par un programme informatique et exprimant quelque chose dans une langue donnée

texte sous forme d'image

texte qui est restitué sous une forme non textuelle (par exemple une image) dans le but de permettre un effet visuel particulier

Note : cela n'inclut pas le texte qui est une partie d'une image qui contient d'autres contenus visuels signifiant.

Exemple : le nom d'une personne sur un badge dans une photographie.

urgence

un événement ou une situation soudaine et imprévue qui exige une action immédiate afin de préserver la santé, la sécurité ou la propriété

utilisé de manière inhabituelle ou de façon limitée

mots employés de telle manière qu'ils obligent les utilisateurs à savoir exactement quelle définition appliquer afin de comprendre correctement le contenu

Exemple : le terme « mémoire » possède une signification différente dans une conversation universitaire de celle qu'il peut avoir dans un article consacré au stockage informatique, mais la définition pertinente peut être déduite du contexte. À l'inverse, le mot « texte » est utilisé de manière très spécifique dans les WCAG 2.0, à tel point qu'une définition figure dans le glossaire.

version de remplacement conforme

version qui

  1. se conforme au niveau déterminé et

  2. fournit toutes les informations similaires et les mêmes fonctionnalités dans la même langue et

  3. est aussi à jour que le contenu non conforme et

  4. pour laquelle au moins l'une des affirmations suivantes est vraie :

    1. la version conforme peut être atteinte à partir de la page non conforme via un mécanisme compatible avec l'accessibilité ou

    2. la version non conforme peut être atteinte seulement à partir de la version conforme ou

    3. la version non conforme peut être atteinte seulement à partir d'une page conforme qui fournit aussi un mécanisme pour atteindre la version conforme.

Note 1 : dans cette définition, « peut être atteinte seulement » signifie qu'il y a un mécanisme comme une redirection conditionnelle, qui empêche un utilisateur « d'atteindre » (de charger) la page non conforme à moins que l'utilisateur ne vienne justement de la version conforme de cette même page.

Note 2 : la version de remplacement n'a pas besoin d'être appariée page par page avec la version originale (par exemple la version de remplacement conforme peut se présenter en plusieurs pages).

Note 3 : si des versions sont proposées dans plusieurs langues, une version de remplacement conforme est donc requise pour chacune de ces langues.

Note 4 : des versions de remplacement peuvent aussi être fournies afin d'accommoder différents environnements technologiques ou différents groupes d'utilisateurs. Chaque version devrait être aussi conforme que possible. Une version devrait être entièrement conforme afin de satisfaire à l'exigence de conformité 1.

Note 5 : la version de remplacement conforme n'a pas besoin d'être située dans le périmètre de conformité ni même sur le même site Web tant qu'elle est aussi librement disponible que la version non conforme.

Note 6 : une version de remplacement ne devrait pas être confondue avec un contenu additionnel qui s'ajoute à la page originale pour en améliorer la compréhension.

Note 7 : permettre la configuration des préférences de l'utilisateur à l'intérieur du contenu afin de produire une version conforme est un mécanisme acceptable pour atteindre une autre version tant que la méthode utilisée pour configurer les préférences est compatible avec l'accessibilité.

Voir Comprendre Version de remplacement conforme (en anglais)

version de remplacement pour un média temporel

document renfermant dans un ordre correct une description des contenus visuels et sonores d'un média temporel et fournissant un moyen de réaliser les effets de toute interaction temporelle

Note : un scénario utilisé pour créer le contenu d'un média synchronisé serait conforme à cette définition seulement s'il a été corrigé afin de représenter fidèlement la version finale du média synchronisé après édition.

vidéo

vidéo la technologie des images ou photos en mouvement ou en séquence

Note : une vidéo peut être constituée d'images fixes ou animées ou des deux.

glossaire.txt · Dernière modification: 25/02/2009 21:47 par admin
Site web www.chimeric.de (anglais, nouvelle fenetre) Site Web Creative Commons License (anglais, nouvelle fenetre) Site Web DokuWiki (nouvelle fenetre) Liste des fils RSS (nouvelle fenetre)